Formule 1

Tost : Si les pilotes des années 80 étaient épuisés, c’est qu’ils n’étaient pas assez en forme !

Aujourd’hui, les pilotes sont beaucoup plus affûtés

Recherche

Par A. Combralier

9 juin 2019 - 18:12
Tost : Si les pilotes des années 80 (...)

Les déclarations de Lewis Hamilton ont jeté un pavé dans la mare du paddock : le Britannique s’est plaint de la facilité avec laquelle tout pilote pouvait conduire une F1 contemporaine. Le pilote Mercedes en a pris pour preuve l’adaptation aisée des rookies dans la discipline, ce qui n’a pas manqué de faire réagir son compatriote Lando Norris.

Ne faudrait-il pas, en effet, rendre ces F1 plus physiques à conduire, pour voir des pilotes épuisés après chaque Grand Prix, comme dans les années 80 encore ?

Interrogé à Montréal, le directeur de Toro Rosso, Franz Tost, a relativisé cette exigence : si les pilotes sont moins fatigués, c’est aussi parce qu’ils sont mieux entraînés !

« Le niveau actuel de la forme physique des pilotes, est le plus élevé de l’histoire de la F1. Il ne faut pas oublier que nous avons des pilotes qui ont commencé le sport auto à 6 ou 7 ans. Cela signifie que quand ils arrivent en F1, ils ont déjà 10 ou 15 années de karting et de formules junior. »

« Et nos pilotes, chez Red Bull et Toro Rosso, ont des plans d’entraînement physiques précis. Ils ont leur propre coach, un programme nutritionnel. Ils sont donc très bien préparés, au point que le pilotage en lui-même ne soit plus si excitant pour eux ; et vous ne pouvez comparer l’époque actuelle avec les années 90 ou 80, quand Piquet et Mansell s’effondraient presque après chaque course. Ils n’avaient jamais vu un centre de fitness de l’intérieur, et certains d’entre eux fumaient ! Et ils n’étaient pas assez en forme pour finir une course, ils accusaient alors une défaillance de la boîte de vitesses pour abandonner. Ils n’étaient pas assez en forme. C’est la réalité. »

« Et aujourd’hui, nous avons de très bons pilotes en F1, un très haut niveau, donc vous ne voyez pas d’accident, ce qui est bon, en un sens. Mais pour le divertissement, c’est ennuyeux. Mes amis disent que vous ne voyez plus un crash au premier virage, parce que tous les pilotes le gèrent bien. C’est pour ça, parce que le niveau des pilotes est très, très élevé. Le plus haut de l’histoire en F1, et cela va continuer. »

« Mais cela ne concerne pas seulement la F1, mais aussi tous les autres sports… Donc je pense que nous devrions être heureux de voir ces pilotes. »

Günther Steiner a lui une idée étonnante : remplacer le centre de fitness par Burger King !

« Nous pourrions aussi interdire aux pilotes d’aller à la gym ! Ils seraient alors fatigués à la fin de la course… Ce serait aussi beaucoup moins cher. Et ils pourraient manger du fast-food tout le temps ! »

« Non, sans rire, Franz l’a très bien dit : leur forme physique est à un niveau si élevé, et les voitures sont si sophistiquées, que tout progresse. C’est une évolution. Ce n’est pas que ces F1 soient faciles à conduire. Nous sommes juste très bien préparés. C’est pourquoi on se plaint ! »

Toyoharu Tanabe, le directeur technique de Honda, aborde lui aussi la piste de la technologie pour expliquer pourquoi les pilotes ne sont pas au bord de l’effondrement après un Grand Prix.

« Je me rappelle, il y a 20 ou 30 ans, après une course, les pilotes suaient, et parfois, ne pouvaient sortir de la voiture. Mais avec les progrès de la technologie, les pilotes actuels ne travaillent pas seulement leur forme physique, mais aussi leur forme mentale. »

FIA

expand_less