Formule 1

Selon Hakkinen, Ferrari doit impérativement mettre fin aux consignes d’équipe

L’important ce n’est pas favoriser Vettel, mais faire gagner l’équipe

Recherche

Par A. Combralier

17 avril 2019 - 16:03
Selon Hakkinen, Ferrari doit impérativeme

Au bout d’une dizaine de tours seulement à Shanghai, Charles Leclerc fut prié, par consigne radio, de laisser passer Sebastian Vettel ; la Scuderia estimait que l’Allemand avait davantage de rythme en réserve, pour aller chercher Valtteri Bottas qui s’échappait.

La précocité de cette consigne, comme son efficacité, ont fait parler depuis : Sebastian Vettel n’a pu rattraper Valtteri Bottas, et n’affichait pas un rythme franchement supérieur à celui de Charles Leclerc. La Scuderia a ainsi allié, à l’inefficacité sportive, un début de polémique, notamment dans les colonnes de la presse italienne : pourquoi autant favoriser Charles Leclerc, et si tôt dans une course comme dans la saison ?

Mika Hakkinen fait partie de ceux qui considèrent aujourd’hui que Mattia Binotto et Ferrari devraient revoir leur approche, et ne plus systématiquement favoriser Sebastian Vettel.

« Charles Leclerc a pris un meilleur départ que son coéquipier Sebastian Vettel en Chine, et aurait dû vraiment avoir le droit de poursuivre sa bataille contre Valtteri Bottas. Au lieu de cela, on lui a demandé de ralentir pour laisser passer Sebastian Vettel, ce qui semblait être une erreur. »

« Quand vous avez une équipe aussi solide que Mercedes à battre, il ne faut pas que vous jouiez aux cartes. Ferrari doit arrêter de se concentrer seulement sur Ferrari, et commencer à penser à battre la concurrence. Et dans cette lutte contre Mercedes, personne ne devrait se soucier de savoir si c’est Charles Leclerc ou Sebastian Vettel qui remportera la course. Je pense que Leclerc avait raison d’être en colère après la course, parce que la stratégie, en Chine, l’a fait reculer à la 5e place, derrière Max Verstappen. »

« Sebastian Vettel et Charles Leclerc ont le potentiel pour devenir l’opposition la plus solide à Mercedes chaque week-end. Mais Ferrari doit donner aux pilotes le soutien, et la flexibilité qu’il faut, leur permettre d’assez concentrés pour y arriver. Et pour cela, il faut oublier les consignes d’équipe, et se concentrer sur les moyens de faire gagner l’équipe. »

Ferrari a désormais 57 points de retard sur Mercedes au classement des constructeurs. Mika Hakkinen constate les dégâts chez les Rouges…

« Shanghai a aussi montré à quel point il reste du travail à faire chez Ferrari : développer une voiture assez rapide pour dominer en qualifications, avoir une stratégie de course clairement définie, et enfin, éliminer tout facteur potentiel de conflit chez ses deux pilotes. »

« Même si Ferrari a le moteur le plus fort et un bon package, Mercedes continue de dominer – bien aidée par les erreurs des autres équipes. Et nous devons espérer que Ferrari et Red Bull Racing pourront poser un défi plus sensible à Mercedes lors des prochaines épreuves. »

A Bakou, Mika Hakkinen s’attend à voir Charles Leclerc être particulièrement performant, sur un circuit qui lui réussit très bien.

« Charles Leclerc était l’homme du moment en F1, après avoir souffert de toute cette frustration à Bahreïn, en perdant la victoire sur un problème technique. Et à la suite de ces consignes d’équipe en Chine, il poussera dur pour gagner lors de la prochaine course à Bakou. Il avait fini 6e en 2018 sur ce circuit, pour Sauber, et en 2017, il s’était qualifié en pole position en GP2 tout en gagnant la course sprint. »

« Bakou est un circuit intéressant. Peu d’adhérence, des sections très étroites et une très longue ligne droite, ce qui signifie que les pilotes auront de bonnes opportunités pour dépasser. Par conséquent, si Sebastian Vettel et le vainqueur de l’an dernier, Lewis Hamilton, vont lutter pour la victoire, je pense que leurs coéquipiers Charles Leclercet Valtteri Bottas seront aussi de grands sujets d’excitation. Cette longue ligne droite va créer plein d’opportunités pour animer la course. »

Ferrari

expand_less