‘Pas heureux du tout’, Sainz était en crise de confiance à Singapour

Il explique pourquoi il n’avait pas le rythme

Recherche

Par Alexandre C.

3 octobre 2022 - 11:35
‘Pas heureux du tout', Sainz (...)

S’il a terminé sur le podium aux côtés de son coéquipier Charles Leclerc et du vainqueur Sergio Pérez, Carlos Sainz ne peut se satisfaire de son Grand Prix de Singapour : il n’avait aucun rythme et a même failli être dépassé par la McLaren de Lando Norris en fin d’épreuve…

Comment expliquer cette performance fort décevante ? Etait-ce un problème de confiance au volant ? L’Espagnol en dit plus.

« Ouais, c’était malheureusement un Grand Prix assez solitaire pour moi parce que je n’avais tout simplement pas le rythme. Sur le pneu intermédiaire, j’ai beaucoup perdu face à Charles et Checo. Je n’arrivais pas à les suivre. J’avais beaucoup de mal avec ces pneus. »

« J’ai perdu un peu l’avant de ma voiture et j’ai eu beaucoup de moments chauds, beaucoup de blocages de pneus avant, et chaque moment ici vous coûte de la confiance et vous empêche de récupérer le rythme. Oui, à un moment j’ai dû me calmer un peu et retrouver la confiance - parce que je ne pouvais pas suivre les autres ; et une fois la confiance retrouvée dans les slicks et vers les 10-15 derniers tours, j’ai réussi à être rapide mais c’était juste trop tard. »

Carlos Sainz avait pourtant pris un bon départ, écartant au forceps la Mercedes de Lewis Hamilton, sans que la FIA ne juge la manœuvre digne d’être pénalisée.

« C’était un bon départ. J’ai pu avoir Lewis et ensuite il a évidemment essayé de m’avoir par l’extérieur, mais vous n’allez pas m’avoir par l’extérieur si facilement ! Non, parce que c’est un peu mon virage à ce moment-là et je suis content que nous n’ayons pas eu de problèmes sur la voiture. »

« Et nous avons pu garder la position. Ensuite il s’agissait de gérer l’écart avec Lewis, parce qu’il était clair pour moi que pour rattraper les gars devant, je devais prendre trop de risques. »

Comme Charles Leclerc, Carlos Sainz se satisfait tout de même d’une course propre et bien exécutée par la Scuderia. Enfin !

« Oui, oui, c’est une bonne nouvelle de voir que la course a été bien exécutée des deux côtés du garage. Il y a encore des choses que nous devons continuer à améliorer. Mais l’équipe fait des pas de géant. Et nous apprenons de chaque situation. »

« Et comme Charles l’a dit, vous savez, ces cinq dernières courses, ou ces six dernières en comptant celle-ci, vont être une excellente préparation pour nous afin d’être mieux préparé pour évoluer l’avant l’année prochaine. Parce qu’il est clair que la voiture est là, les pilotes sont là, nous devons juste continuer à améliorer l’exécution et chaque fois que nous avons des opportunités, les saisir. »

N’est-il pas énervé de voir que Lando Norris l’a presque dépassé en fin d’épreuve ?

« Non, je ne peux pas être heureux parce que j’aurais aimé pouvoir mettre un peu de pression sur Charles et Checo - et nous aurions pu être tous les deux plus haut, pour jouer un peu avec Checo. Mais je n’avais tout simplement pas le rythme et c’est quelque chose que je dois regarder. C’est pour ça que je ne suis pas content du tout, parce que c’est normalement dans ces conditions que je suis assez rapide et que je fais normalement de bonnes courses. »

« Donc oui, c’est quelque chose à regarder - mais bien sûr je ne suis pas heureux et je vais regarder cette course en faisant une bonne analyse, pour revenir plus fort à Suzuka. »

Carlos Sainz a-t-il aussi trop souffert, physiquement, des rudes conditions du sauna de Singapour ?

« Non, non, surtout sur le mouillé, je n’ai pas l’impression que la piste soit physique du tout, il fait généralement chaud dans la voiture mais ce n’est pas un problème parce que l’exigence physique est beaucoup plus faible, c’était juste une question de rythme pur et de confiance. Ici, la confiance est la clé et quand vous avez quelques moments chauds, ça fait boule de neige, et vous devez alors prendre un peu plus de marge et vous commencez à perdre du rythme - parce que la prochaine fois, vous pourriez être dans le mur et vous pourriez passer pour un idiot, n’est-ce pas ? »

« Donc c’est une question de confiance sur laquelle je vais travailler, je vais bien regarder avec mes ingénieurs pour voir ce que j’aurais pu faire mieux, ce que nous pouvons faire dans ce genre de conditions - parce que c’est l’un de mes points forts en tant que pilote. Et Singapour restera ainsi seulement l’histoire d’une seule course... »

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos