Formule 1

Mohammed Ben Sulayem, premier président non-européen à la tête de la FIA ?

L’élection est demain

Recherche

Par Alexandre C.

16 décembre 2021 - 13:53
Mohammed Ben Sulayem, premier président

Après Graham Stoker, le candidat de Jean Todt, l’autre protagoniste concourant à la présidence de la FIA, est Mohammed Ben Sulayem (l’élection aura lieu ce vendredi).

Mohammed Ben Sulayem, a lui un background de pilote : il a gagné 14 fois le championnat de rallye du Moyen-Orient. De nationalité émiratie, et issu d’une riche famille, il a donc ensuite fait une carrière dans les instances du sport auto, dans son pays natal puis à la FIA depuis 2008. Depuis 2013, son nouveau rôle est d’être vice-président de la FIA pour la mobilité et le tourisme.

Pressenti déjà pour faire concurrence à Todt en 2017, Ben Sulayem a donc rongé son frein pour attendre la fin du 3e mandat du français. Mais quel est donc son programme ?

Son slogan de campagne est ‘FIA for Members’, ses propositions étant axées sur le cœur de cible de la FIA, les mécaniciens, les équipes, les pilotes, tous les participants aux différents championnats.

Les trois axes de son programme sont ainsi :
 Doubler le nombre de personnes prenant part ou étant impliquées dans le sport automobile dans le monde entier,
 Renforcer la diversité et l’inclusion,
 Faire de la FIA un leader d’opinion en matière de mobilité durable.

S’agissant de son programme pour l’inclusion, qui fait écho aux préoccupations de Mercedes et de Lewis Hamilton par exemple, le candidat compte en particulier :
 Mieux identifier les talents issus de la diversité et le soutenir,
 Promouvoir l’enseignement des STEM,
 Créer un fonds de soutien alimenté par un pourcentage des revenus des promoteurs d’événements, pour permettre aux fans de passer du statut de spectateurs à celui de participants.

Alors que le Vieux Continent pèse 45 % des votes à la FIA, jamais un candidat extra-européen n’a été à la présidence de la place de la Concorde. Ce serait donc une première si un candidat des Émirats venait à être élu. Or justement, l’influence de la F1 dans le Golfe ne faisant que se renforcer, ne serait-ce pas le bon moment ? Certains membres vont y penser…

On a même prêté un temps à Sulayem l’intention de déménager le siège de la FIA de Paris à Dubaï, ce que le principal intéressé a nié, assurant qu’il ferait souvent l’aller-retour en jet privé si besoin.

Parmi les soutiens de poids du candidat, on compte notamment Fabiana Ecclestone, la femme de Bernie Ecclestone, qui deviendrait vice-présidente de la FIA pour l’Amérique du Sud.

« Ma femme fait partie de son équipe. Et en tant que bon mari, je serai à ses côtés et à ceux de ses amis avec mon aide et mes conseils » a déjà prévenu Ecclestone.

Sulayem, candidat du changement et d’Ecclestone, contre Stoker, candidat de Todt et de la continuité : le duel est lancé.

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less