Formule 1

Les pilotes Williams sont perdus face à l’inconstance de leur monoplace

Difficile de savoir sur quel pied danser

Recherche

Par Emmanuel Touzot

20 juin 2019 - 16:05
Les pilotes Williams sont perdus (...)

Robert Kubica avour ne pas trop comprendre les raisons de son inconstance dans la performance. Les écarts avec son coéquipier varient largement et il ressent aussi ces changements au volant, sans en identifier la cause.

"Cela a été compliqué et il y a certainement des choses qui n’ont pas aidé à extraire le maximum ou même à mettre de la cohérence dans l’ensemble du processus" a déclaré Kubica

"D’un côté, si vous regardez certaines courses, je pense que j’ai assez bien réussi, même si je n’ai pas encore tout mis bout à bout pour différentes raisons, parfois à cause de mes erreurs, parfois pour d’autres raisons. C’est très difficile."

Il revient sur les derniers week-ends en date : "Bien sûr, le Canada a été décevant et très étrange. Le vendredi, même si j’ai raté la première séance, j’ai trouvé un bon rythme dès le début de la deuxième séance, puis il a complètement disparu, ce qui a été décevant."

"A Monaco, par exemple, j’ai été assez constant et j’ai pu travailler sur la voiture et essayer de gagner en confiance. Mais le plus gros problème a été d’avoir de grosses variations dans les sensations au volant et dans le comportement de la voiture."

"Par exemple, Barcelone a été un week-end où mon temps au tour de la première séance d’essais libres a été bien meilleur que celui de la séance qualificative. enfin, pas bien meilleur, mais si l’on tient compte des modes, du carburant, des pneus, sans même juger des conditions, et qu’il manque soudainement une seconde de la performance, c’est assez ennuyeux. C’est difficile à comprendre."

Et de conclure par une phrase suspicieuse dont le sens est difficile à comprendre : "Au Canada, je pense que les gars ont trouvé des raisons et que les choses n’étaient pas vraiment correctes."

Son coéquipier, George Russell, fait un bon travail pour se démarquer en interne, mais ne peut pas faire beaucoup plus. Il relate les mêmes inconstances que le Polonais : "Nous avons un équilibre de la voiture très difficile cette année et elle n’est pas très prévisible et tout le reste qui va avec."

"Cela peut aussi être une perception de la manière de dire les choses… Je pense qu’une chose à retenir est aussi la façon dont l’anglais est interprété. Et certains mots peuvent être sortis de leur contexte."

Et le Britannique de défendre Kubica : "J’ai beaucoup de respect pour les pilotes étrangers qui doivent faire tout cela en anglais. Mon polonais est inexistant, je ne connais pas un mot."

"Vous ne pouvez pas vous attendre à ce que tous les pilotes sachent exactement ce que chaque mot signifie vraiment et cela peut parfois faire la différence. Je peux avoir la même interprétation d’une voiture, mais utiliser un mot différent qui fait une grande différence pour l’interprétation. Ce n’est pas un travail facile."

Williams F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less