La F1 se satisfait du Sprint d’Imola mais n’écoute pas les critiques

Liberty Media veut convaincre d’en organiser six en 2023

Recherche

Par Emmanuel Touzot

23 avril 2022 - 19:32
La F1 se satisfait du Sprint d'Imola

Ross Brawn, le directeur général de la F1, s’est félicité du succès du Sprint à Imola, qui a vu Max Verstappen s’imposer devant Charles Leclerc. Le Britannique a confirmé que Liberty Media essaie déjà de remonter à six leur nombre en 2023, après que ce projet est tombé à l’eau cet hiver face à une non-entente entre les équipes.

"Mardi, nous voulons discuter de l’augmentation à six" a déclaré Brawn. "Nous aimerions en avoir six l’année prochaine, et l’on peut voir le succès. Nous ne savions pas vraiment où nous en étions l’année dernière avec les anciennes voitures."

"Mais je pense que l’on peut voir comment cela se répercute sur les nouvelles voitures. Ce qu’il faut toujours retenir du Sprint, c’est qu’il donne lieu à un excellent vendredi. Nous avons eu trois jours d’action pour les fans et nous ne pouvons pas l’ignorer."

Le Sprint légitime les F1 2022 selon Brawn

Très souvent élogieux face au produit qu’il a lui-même créé, Brawn a salué la bonne longueur de l’épreuve, qui a vu arriver dans les dernières boucles une dégradation des pneus pour certains pilotes. Selon lui, les monoplaces 2022 mettent en avant ce format.

"Comme nous le savons tous, les pilotes de course sont des pilotes de course, et il ne fallait pas croire qu’ils allaient se ménager. Je pense que nous avons eu la chance que les pneus soient parfaits pour le Sprint, car ils ont commencé à se dégrader."

"Bien sûr, dans une course normale, le pilote serait entré dans les stands, aurait changé les pneus et tout aurait été une question de stratégie. Ils n’avaient qu’un seul essai pour le Sprint et les pilotes devaient faire durer les pneus."

"Ce qui est intéressant, c’est que cela a probablement donné à Ferrari un bon aperçu pour demain. Donc je pense qu’ils seront plus forts en course demain que ce qu’ils étaient aujourd’hui."

"Nous sommes donc très satisfaits de ce Sprint. C’est un grand divertissement, il y a beaucoup de compétition et beaucoup de dépassements. Et nous avons démontré que les voitures peuvent suivre."

"Je sais que vous pouvez dire que c’était grâce au DRS, mais vous ne pouvez pas utiliser le DRS à moins d’être derrière la voiture qui vous précède. Donc je pense que dans l’ensemble, c’était un grand succès."

Russell déplore de l’ennui, Brawn ignore les critiques

George Russell s’est agacé de ce format après l’arrivée, expliquant que le Sprint avait été trop court pour que la dégradation des pneus entre réellement en jeu, et peu animé tout au long de ses 21 tours. Il a même proposé d’allonger quelque peu sa longueur, pour ajouter d’autres enjeux sportifs et stratégiques.

Interrogé à ce sujet, Brawn assure qu’il n’est pas intéressant d’écouter les pilotes qui ne se battent pas pour de bonnes positions, puisque leur avis est forcément biaisé par la déception d’une course ratée sur le plan de la performance.

L’ancien directeur technique de Ferrari assure depuis plus d’un an qu’il n’a pas entendu de critiques au sujet du Sprint F1... pour admettre aujourd’hui qu’il n’écoute que les avis positifs !

"Chaque fois qu’un de mes pilotes a eu une mauvaise voiture, il s’est plaint de la course. Donc je pense que l’opinion de George, ou l’opinion de n’importe qui en fond de grille, ne sont pas des opinions que nous écoutons vraiment."

"Les opinions que nous écoutons sont celles des gars qui étaient vraiment compétitifs, et qui font la course au milieu ou à l’avant. Ils sont dans une position très malheureuse, mais je ne pense pas que leur position en fond de grille soit vraiment celle qui reflète la véritable position de la course."

"Je sais juste que, d’après ma propre expérience, psychologiquement, un pilote de l’arrière de la grille a toutes sortes d’autres choses à penser. Ce serait génial s’il y avait des choses qui se passaient à l’arrière de la grille."

Sentant certainement qu’il était allé trop loin dans ses propos, Brawn a toutefois tenu à assurer que les paroles de Russell seraient prises en compte. Il n’a toutefois pas caché qu’elles ne vaudraient pas autant que celles d’un Max Verstappen, qui s’est satisfait d’une belle course d’attaque après avoir gagné.

"La Mercedes ne pouvait pas dépasser les voitures de devant, mais il y avait beaucoup de dépassements au milieu et à l’avant du peloton. Donc, bien sûr, nous allons écouter, nous n’allons pas l’ignorer, mais je pense que vous devez garder une perspective sur ce sujet."

F1 - FOM - Liberty Media

Info Formule 1

Photos

Vidéos