Formule 1

La F1 bien en route vers 25 courses par an, les réactions des patrons

Tost ‘ne se soucie pas’ des familles des mécaniciens

Recherche

Par A. Combralier

8 juin 2019 - 16:27
La F1 bien en route vers 25 courses (...)

Liberty Media entend modifier le format d’un week-end de Grand Prix à partir de 2021 : la journée médias de jeudi sera supprimée, et transférée au vendredi matin ; le but est ainsi d’économiser un jour de présence pour les équipes sur un circuit.

Cette réforme devrait permettre à la FOM d’augmenter le nombre de courses au calendrier : l’objectif de 25 demeure à moyen terme.

25 courses par an, ne serait-ce pas trop pour les mécaniciens, les ingénieurs ? Les équipes ont aussi le droit de passer du temps en famille…

Franz Tost, le directeur de Toro Rosso, a eu un avis tranché et pour ainsi dire peu amène sur cette question…

« Je ne me soucie pas des familles… Nous avons 52 semaines, nous pouvons avoir 26 courses. Où est le problème ? Si nous obtenons de l’argent pour toutes les courses… c’est ce qui importe. Ensuite, je n’ai pas de problème. »

Chez Haas, Günther Steiner se montre lui beaucoup plus compréhensif !

« Oui, je me soucie des familles ! Parce qu’alors, les gens sont heureux au travail. Si nous réorganisions le week-end, alors peut-être que nous pourrions trouver quelques pistes en plus pour le calendrier. Nous ne pouvons retirer un jour de roulage, pour les promoteurs des circuits, mais disons que nous pouvons ajuster un peu les choses. »

« S’il y a de nouvelles courses, oui, il y aura des gains financiers, alors pourquoi pas ne pas le faire ? Mais il faut être intelligent, et essayer d’économiser des jours ailleurs. En ajouter, encore et encore, ce n’est peut-être pas productif. Et il faut aussi faire attention à ce que veut le public. S’il y a de la saturation… En général, si nous pouvons raccourcir un peu un week-end, pour les gens qui travaillent ici, nous pourrons faire plus de courses. »

Du côté de Mercedes, Toto Wolff n’a pas les problèmes financiers ou de ressources humaines que connaissent Günther Steiner ou Franz Tost. Mais partage-t-il tout de même leurs avis ?

« La saturation, c’est quelque chose qu’il faut prendre en compte. La F1, c’est une formule basée sur l’exclusivité, et ajouter plus de courses, ce n’est pas renforcer ce côté exclusif. D’un autre côté, nous demandons tous à Liberty Media d’accroître les revenus, et faire plus de courses, c’est bien sûr le levier le plus important à cet égard. »

« Pour le moment, le personnel qui se rend sur chaque circuit, toute l’équipe de course, travaille à fond. Vous ne pouvez pas faire beaucoup plus que 21 courses, selon moi. Il faut travailler avec une deuxième équipe. Nous avons commencé à faire un peu de rotation, mais vous ne pouvez pas changer à chaque fois les membres les plus importants de l’équipe. »

« Donc si nous faisons plus de courses, il faut que ce soit lié à une augmentation de revenus, à des circuits plus spectaculaires, ou à des marchés qui s’ouvrent. Ce serait important. »

FIA

expand_less