Ferrari : ’Game over’ si un dépassement de budget n’est pas sévèrement puni

Le directeur sportif de la Scuderia enfonce le clou à Singapour

Recherche

Par Franck Drui

1er octobre 2022 - 12:03
Ferrari : 'Game over' si un (...)

Ce serait "game over" pour le plafond des coûts de la Formule 1 si les premières violations ne sont pas gérées de manière adéquate.

C’est ce qu’a déclaré le directeur sportif de Ferrari, Laurent Mekies ce matin lors de la conférence de presse de la FIA. L’équipe souhaite que des mesures sévères soient prises pour toute violation alors que cela fait plusieurs mois qu’elle s’interroge, publiquement, sur les dépenses de Red Bull et le nombre d’évolutions apportées en 2022.

Cependant il s’agit là des comptes de 2021, qui auraient pu permettre à Red Bull de prendre de l’avance.

"C’est un test très vital pour le plafonnement des coûts. Et si nous ne réussissons pas ce test, la partie est probablement terminée, ce sera ’game over’ car les implications sont énormes."

"Nous sommes très impatients d’avoir une évaluation claire et transparente de ce qui s’est passé et nous voulons voir la gravité des mesures qui seront prises en cas d’infraction."

Lorsqu’on lui a demandé si Ferrari s’inquiétait de la manière dont une première violation du plafond des coûts serait traitée, Mekies a répondu : "Avons-nous été inquiets ? Oui. L’inquiétude vient du fait que si vous pensez aux contraintes qui ont été imposées aux grandes équipes, vous réalisez combien de temps au tour il y a à gagner si vous ne l’appliquez pas strictement."

"Parce que nous étions massivement contraints, donc tout million, toute fuite que vous autorisez dans le plafond budgétaire va se transformer en quelques dixièmes de seconde sur la voiture."

Il a décrit les réglementations financières en place actuellement comme ayant "plus d’impact sur les performances d’une équipe que les réglementations techniques ou sportives si vous pensez à la quantité de temps au tour qui se trouve dans ce genre de chiffres financiers", suggérant que "par exemple un dépassement de 7 millions de dollars (5% du budget, ce qui reste ’mineur’ selon la FIA) équivaudrait à 70 ingénieurs et que 70 ingénieurs vous donneraient un temps au tour sérieux."

Tout en craignant qu’une pénalité mal gérée ne sape le plafond budgétaire, Mekies a souligné que Ferrari souhaitait que le système reste en place.

"Il y a de nombreux avantages à avoir le plafond budgétaire. Nous sommes donc pleinement favorables à ce concept, à son application aussi sévère et transparente que possible car c’est la voie à suivre, tant que nous parvenons à passer ce test de résistance."

"La raison pour laquelle nous insistons sur la transparence et la sévérité c’est qu’il s’avère que c’est quelque chose sur quoi une équipe peut miser afin d’obtenir un avantage concurrentiel, en particulier dans le cadre d’un premier cas où le plafond budgétaire est contesté. Vous avez besoin de cette sévérité."

Helmut Marko a parlé de points à clarifier. Y a-t-il des failles alors ?

"Je ne pense pas que les failles soient un problème en ce moment étant donné le processus que les équipes ont traversé. Nous discutons sans arrêt avec la FIA depuis maintenant deux ans. C’était une nouvelle réglementation. Nous avons à peu de chose près une FIA qui vit avec nous dans nos usines, faisant des allers-retours avec des questions et des clarifications chaque semaine."

"Il n’y a donc pas d’approche qui consiste à essayer de trouver des failles et à les exploiter en espérant que personne ne le découvre. Chaque fois qu’il y avait des questions, nous demandions à la FIA comme chaque équipe le ferait et ils donnaient une réponse, et c’est ainsi que nous avons avancé."

Mekies a enfin mis en garde la FIA : une réponse à toute violation communiquée aux autres équipes ne doit pas déboucher à des règles ajustées rétrospectivement.

"Ce qu’on ne veut pas, c’est que la règle change en milieu de saison et qu’on trouve un compromis et que du coup les règles d’engagement soient différentes, non seulement en ce qui concerne la saison 2021 mais en conséquence pour 2022 ainsi et peut-être pour 2023. C’est donc la clé."

"Quel avantage gardez-vous pour le prochain championnat ? C’est probablement la première question à laquelle nous voulons la réponse. Donc s’il y a eu une brèche en 2021, quel avantage a été reporté en 2022 et en 2023 ? Et ensuite, vous pouvez discuter de la pénalité et de la façon dont vous pouvez du sens à la pénalité."

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos