Aston Martin F1 : ’Trop tôt’ pour juger l’apport des évolutions de l’AMR22

Après avoir roulé sur trois circuits différents

Recherche

Par Paul Gombeaud

14 juin 2022 - 09:15
Aston Martin F1 : 'Trop tôt'

A l’image de nombreuses autres écuries, Aston Martin F1 amenait de grosses évolutions sur son AMR22 le mois dernier à Barcelone, et l’équipe semble progresser à l’image de la belle sixième place décrochée par Sebastian Vettel au Grand Prix d’Azerbaïdjan.

Par l’intermédiaire de son responsable de la performance Tom McCullough, l’équipe basée à Silverstone fait donc un bilan de ces évolutions après trois courses disputées en les utilisant.

"En réalité, nous faisons évoluer la voiture de course en course, mais comme vous l’avez mentionné, les plus grosses nouveautés ont été les pontons et le diffuseur qui sont très visibles depuis Barcelone," a déclaré McCullough.

"Nous avons désormais couru à Barcelone, à Monaco puis à Bakou, soit trois circuits très différents qui demandent des choses très différentes sur la voiture. Avec le développement constant autour de la voiture, nous avons vu qu’il devenait de plus en plus facile de travailler sur celle-ci. Nous pouvons utiliser une fenêtre d’exploitation plus large."

"Cela nous permet de : nous concentrer sur l’optimisation de la voiture d’une manière plus traditionnelle durant un weekend de course, d’extraire davantage de performance des pneus, de mieux comprendre l’adhérence, ou encore d’obtenir les bons réglages. C’est en quelque sorte un retour à la normale."

"Au début de l’année, nous étions fortement dominés par certaines caractéristiques qui signifiaient que nous étions coincés du côté des réglages. C’est donc devenu beaucoup plus amusant et beaucoup plus facile. Mais il reste encore beaucoup de travail à faire."

Encore trop tôt pour connaître le niveau véritable de l’AMR22 évoluée

Quel est le véritable potentiel de cette "nouvelle" AMR22 selon McCullough ?

"Je pense que le potentiel est présent pour tout le monde sur la grille en le moment. C’est dû aux nouveaux règlements. Nous avons débuté la saison en suivant une certaine direction, et nous l’avons légèrement modifiée, mais tous les développements qui sont arrivés en piste et ceux qui arrivent sont encourageants pour l’avenir. Mais vous savez, personne ne va rester les bras croisés, nous allons donc essayer d’être aussi compétitifs que possible."

L’ingénieur estime en revanche qu’il est encore trop tôt pour dresser la liste des points forts et des faiblesses de cette F1.

"Nous l’avons essayée sur trois circuits différents jusqu’ici, nous sommes donc encore en train d’apprendre pour être honnête. Je pense que nous avons une fenêtre d’exploitation plus large en termes de réglages de la voiture. C’était une nécessité pour Barcelone, le circuit étant rapide, mais aussi pour Monaco et Bakou, où il y a bien plus de sections lentes."

"Je dirais donc que nous avons plus de libertés. Nous pouvons procéder à des expérimentations sur la voiture et nous ne sommes pas bloqués à un certain point à cause de certains problèmes. C’est donc redevenu une voiture un peu plus normale avec une fenêtre de fonctionnement avec laquelle nous pouvons travailler."

La rivalité interne entre Lance Stroll et Sebastian Vettel

Avec 13 points marqués au championnat contre 2 à son coéquipier Lance Stroll, Sebastian Vettel semble avoir pris le dessus en interne cette saison, alors qu’il avait rencontré certaines difficultés pour sa première année au sein de l’équipe en 2021. McCullough revient ainsi sur les 18 premiers mois de l’Allemand chez Aston Martin F1.

"Il y a un an, lors de ses deux ou trois premières courses pour nous, il était difficile pour lui de s’habituer à notre voiture. La première épreuve à Bahreïn fut donc vraiment compliquée pour lui, mais trois ou quatre courses après, à Monaco il me semble, il avait retrouvé tout son aisance. Il a toujours été fort sur les circuits urbains, à Bakou également. Il est monté plusieurs fois sur ce podium comme vous le savez. Il est à l’aise au sein de l’équipe, et je dirais qu’il adore travailler avec nous depuis le milieu de la saison dernière. Il aime cet environnement de travail que nous lui proposons, et nous aimons tout autant travailler avec lui."

Cette saison, nous sommes témoins de fortes rivalités en interne chez les différentes équipes, notamment chez Red Bull où Sergio Perez a élevé son niveau de jeu pour se rapprocher fortement de Max Verstappen. McCullough voit-il quelque chose de similaire chez Aston Martin F1 en 2022 ? Et l’AMR22 convient-elle aux deux pilotes ?

"En réalité, nos deux pilotes ont des demandes très similaires pour la voiture, ce qui est très utile. C’est intéressant que vous mentionniez Sergio. Nous avons travaillé avec lui durant de nombreuses années et il est très talentueux, mais soudainement vous vous retrouvez chez Red Bull avec Max Verstappen pour coéquipier, ça doit être intimidant. Mais je suis très heureux de le voir construire une bonne relation avec son équipe, c’est nécessaire pour extraire le maximum de vous-même."

"Si vous regardez les chiffres, le nombre de fois où nos pilotes ont marqué des points l’année dernière, à quel point ils étaient proches en qualifications, nous voyons la même chose cette année. Bien sûr le départ fut plus compliqué pour Seb qui a manqué les deux premières courses, mais ils sont la plupart du temps séparés d’un seul dixième en qualifications. Nous sommes très satisfaits de notre situation actuelle."

Aston Martin F1 Team

Info Formule 1

Photos

Vidéos