Formule 1

A son tour, Horner défend Racing Point et le système des collaborations entre équipes

Il s’exprime aussi sur le premier roulage de la Red Bull

Recherche

Par A. Combralier

20 février 2020 - 15:01
A son tour, Horner défend Racing (...)

Le premier jour des essais de Barcelone a permis à Max Verstappen de boucler un grand nombre de tours – aucun autre pilote n’a roulé plus que lui hier. Forcément, dans le paddock, Christian Horner était le premier à réjouir de cette journée plus que productive.

« C’était une journée très solide hier. Je pense que nous n’avions jamais fait autant de tours – 170 – lors de la première journée à Barcelone. Nous avons failli épuiser notre pilote, car la distance parcourue était presque trois fois celle d’un Grand Prix. C’était une journée très positive. Nous avons testé tout ce que nous voulions. »

« Ses premières réactions [Max Verstappen] ont été très positives, et ont porté sur certains des points sur lesquels nous voulions nous concentrer pendant l’hiver. »

« Tout le package est bien mieux intégré, l’équipe a fait un excellent travail en produisant cette voiture. Nous sommes arrivés ici avec plus de kilomètres au compteur qu’auparavant, et avec une fiabilité qui était tout de suite au rendez-vous. »

Cette première journée a fait également naître une polémique, autour de la ressemblance forte de la Racing Point avec la Mercedes. Mais Christian Horner, dont l’écurie-sœur AlphaTauri adopte le même modèle avec Red Bull, a défendu cette approche.

« Je pense que les collaborations ont un sens car sinon, des équipes comme AlphaTauri et Racing Point, Haas et même Sauber [Alfa Romeo], si elles ne pouvaient pas acheter des suspensions et des boîtes de vitesses, devraient employer une grande quantité de ressources pour leur propre R et D. »

« Bien sûr, certaines équipes semblent être allées plus loin dans leur clonage que d’autres, mais tant que cela respecte les règles, cela ne me pose pas de problème particulier. Pour Liberty, cela crée une grille plus compétitive, et pour les équipes, ce système rend la Formule 1 plus abordable. Bien sûr, vous ne voulez pas 10 voitures qui se ressemblent toutes, mais je pense qu’il y a des éléments de la voiture qui sont transférables comme la suspension et les boîtes de vitesse, par exemple, et ça fait vraiment sens. »

A partir de quand faudra-t-il abandonner le développement de la F1 2020, pour se concentrer sur celle de l’an prochain ? Cette question, cruciale, occupe l’esprit et les nuits de tous les directeurs d’équipe, puisqu’il ne s’agit surtout pas de rater le tournant réglementaire de 2021.

Ce dilemme est ainsi celui que rencontre Christian Horner, chez Red Bull. Quelle approche a-t-on choisie à Milton Keynes ?

« C’est un équilibre qu’il faut trouver cette année, parce que nous poussons fort, pour faire tout ce que nous pouvons avec la RB16, mais la RB17 [en 2021] est une voiture très différente qui répondra à de nouvelles réglementations, donc Adrian [Newey] se concentre déjà beaucoup sur la RB17. »

« Vous n’avez qu’une certaine quantité de ressources, et c’est ainsi que vous les répartissez sans tenir compte des performances actuelles. Il faut donc jongler avec quelques plats différents cette année. Vous avez une quantité limitée de ressources, et il s’agit de les utiliser de manière efficace et efficiente. Je pense que nous nous concentrons suffisamment sur les deux campagnes pour le moment. Bien sûr, il y aura progressivement une transition après le premier tiers de l’année. »

Retrouvez toutes les photos de la journée d’essais à Barcelone en cliquant ici (galerie mise à jour régulièrement).

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less