Formule 1

Ocon explique les compromis imposés par le circuit d’Austin

Il adore ce rendez-vous au calendrier

Recherche

Par Emmanuel Touzot

17 octobre 2018 - 16:09
Ocon explique les compromis imposés (...)

Esteban Ocon est ravi de se rendre à Austin et révèle que le Circuit of the Americas fait partie de ses préférés. Il détaille les défis présentés par ce tracé très éclectique, qui reprend les codes de nombreux autres circuits dans le monde et demande donc une monoplace au comportement versatile.

"Austin est un circuit fantastique et il comporte beaucoup de bons virages d’autres circuits combinés en un seul" explique le Français. "Vous avez un premier secteur qui ressemble à Suzuka et une section serrée qui me rappelle le Mexique : c’est une bonne piste pour les batailles en piste, avec quelques virages rapides et quelques occasions de doubler. Le premier virage et celui qui suit la longue ligne droite sont les deux meilleures opportunités de dépassements."

"Le premier secteur est ma partie préférée. C’est très rapide, très technique et dans les Esses, il faut bien positionner la voiture, sinon on perd du temps dans tous les virages suivants. C’est amusant, mais c’est très délicat d’y arriver. On a besoin d’une voiture en laquelle on a confiance dans les sections rapides et d’une voiture équilibrée dans la section lente, ce qui n’est pas un compromis facile."

Il reconnaît ne pas aimer que le circuit, lors de ce déplacement au pays de l’Oncle Sam : "Ce qui rend ce week-end spécial, c’est aussi la ville d’Austin. C’est un endroit tellement cool, avec beaucoup de belles salles et de la musique live. L’ambiance est très jeune."

"C’est vraiment un endroit agréable et c’est agréable d’y rester un peu plus longtemps pour découvrir la ville avant de partir pour le Mexique. Il y a beaucoup de choses cool à faire et l’année dernière, je suis allé déguster un bon gros steak américain. Quand j’étais enfant, l’un de mes rêves était de voyager aux Etats-Unis et je ne suis pas venu ici avant ma première course à Austin en 2016, donc j’ai beaucoup de rattrapage à faire !"

expand_less