Formule 1

Brawn : L’arrivée de Leclerc, un coup de pouce pour Ferrari

Il loue toutefois les progrès effectués par la Scuderia

Recherche

Par Emmanuel Touzot

1er décembre 2018 - 10:17

Charles Leclerc fera ses débuts chez Ferrari en 2019, aux cotés de Sebastian Vettel. Selon Ross Brawn, directeur technique de la Formule 1 et ancien de Ferrari, l’arrivée du Monégasque doit constituer un pas en avant pour lui, mais aussi pour son équipe. Brawn assure néanmoins que les progrès effectués par la Scuderia sont déjà importants.

"Charles Leclerc a été vraiment impressionnant en termes de vitesse et de talent, mais il doit maintenant faire un grand pas en avant" explique Brawn. "Je suis sûr que son arrivée chez Ferrari sera un coup de pouce pour l’équipe et une motivation supplémentaire pour Vettel l’année prochaine."

"Quand on ne gagne pas un championnat du monde qui semblait très facile à gagner, il est inévitable qu’on se pose des questions pour comprendre ce qui s’est mal passé. Quand l’équipe en question est Ferrari, la question n’est pas seulement posée au sommet, mais devient presque une question nationale en Italie, comme j’ai pu le constater moi-même durant ma décennie à Maranello."

"Ferrari est condamnée pour avoir terminé deuxième dans les deux championnats, car ce n’est tout simplement pas assez bien à domicile. Et pourtant, il y a de quoi être satisfait à Maranello, car en deux ans, l’équipe a réussi à combler un écart de performance par rapport à Mercedes qui en 2016 s’élevait à une seconde par tour."

Selon Brawn, ces progrès sont dus à la restructuration de l’équipe, initiée par Sergio Marchionne : "Le remaniement de la gestion technique initié par Sergio Marchionne a porté ses fruits cette année. Je pense que ce qui est le plus important, c’est qu’il en est résulté une nouvelle approche du fonctionnement de l’équipe et que cela lui a donné un nouvel esprit d’équipe."

"Cela faisait dix ans que Ferrari n’avait pas été capable de remporter six Grands Prix et de partir de la pole à six reprises. Sebastian Vettel était un digne adversaire pour Lewis Hamilton, mais contrairement à l’Anglais, l’Allemand n’a pas réussi à gagner toutes les courses qu’il aurait dû gagner, et il ne pouvait pas gagner s’il n’était pas favori pour le faire".

Ferrari

expand_less