Motorsport

Rémy Brouard : Il y a un véritable engouement pour Le Mans

Six courses de trois heures dès 2013

Recherche

Par

15 juin 2012 - 20:59
Rémy Brouard : Il y a un véritable (...)

Il faut maintenant de nouveau s’habituer à revoir le logo Asian Le Mans Series avec un nouvel envol pour la série asiatique. Cette fois, les concurrents vont avoir droit à un vrai championnat mis en place sous l’impulsion de Rémy Brouard, en charge du dossier à l’ACO. Pour mieux s’imprégner de l’ambiance sarthoise, une nombreuse délégation asiatique est présente au Mans, comme nous l’explique Rémy Brouard : « Il y a une cinquantaine de personnes qui sont ici au Mans à leur propre initiative. Il y a des teams, des investisseurs, des sponsors et des promoteurs de circuits. La délégation représente plusieurs pays : Chine, Japon, Malaisie, Corée ou Indonésie. Nous avons aussi des personnes rattachés à des gouvernements. Il y a un véritable engouement pour l’Asian Le Mans Series, tout comme cette épreuve si mythique qu’est Le Mans. Les gens veulent découvrir ce que c’est. »

On aura donc droit à un championnat asiatique comprenant six courses de trois heures dès 2013, où les pilotes asiatiques seront impliqués : « C’est très positif d’avoir des pilotes asiatiques dans les différents équipages. Cela va leur permettre de se familiariser à la discipline et nous n’innovons pas sur le sujet car c’est déjà le cas en Super GT où il est prévu dans le règlement d’avoir au moins un pilote japonais dans chaque équipage. Ce week-end, nous avons plusieurs pilotes japonais, dont une chez Gulf Racing Middle East. Il y a également Franck Yu qui roule dans le cadre du Festival Aston Martin. Je sais qu’il a toujours voulu faire Le Mans, mais il est un peu effrayé par le niveau demandé, notamment du fait de la cohabitation protos/GT. En venant rouler en Asian Le Mans Series, il va pouvoir prendre ses marques et profiter de l’expérience d’un pilote plus aguerri aux courses d’endurance. L’esprit Pro-Am est ce que nous souhaitons. Le plateau n’est pas finalisé mais les premiers retours sont favorables. »

Si les GT3 seront interdites au Mans, elles seront en revanche autorisées en Asian : « Toutes les GT3 répondant à la réglementation FIA seront acceptées. Nous voulons une Balance de Performance technique et pas par pilote. C’est pour nous un plaisir de voir évoluer des Audi, des BMW ou des Mercedes. »

S’il est possible que le format des courses passe à quatre heures en 2014, les concurrents auront droit à trois heures la saison prochaine : « C’est un bon format pour débuter le championnat. En Chine les courses les plus longues font 45 minutes et pour les pilotes locaux, c’est un gros step à franchir. Il faut y aller étape par étape. »

Il est bien entendu prévu que le WEC poursuive sa présence sur le continent asiatique : « Les concurrents qui rouleront dans la série Le Mans asiatique pourront venir rouler en Championnat du Monde d’Endurance grâce à une « wild card ». »

Il est prévu que les champions 2013 de l’Asian Le Mans Series décrochent une sélection pour les 24 Heures du Mans 2014, aussi bien les champions LMP2, LMPC que GTE, sachant que le titré en LMPC recevra une invitation pour rouler en LMP2. Qu’en sera-t-il en revanche du champion GTC ? Ne pourrait-on pas voir une récompense à l’instar de ce qui est mis en place en LMPC ? Les GTC en ALMS, en Asian Le Mans Series, en European Le Mans Series, mais pas au Mans, qui reste la chasse gardée des GTE. Mais pour combien de temps... On sait aussi qu’un championnat badgé SRO va rouler dans les pays émergents, alors à quand des meetings communs... Le coût maîtrisé passe aussi par cela.

Endurance

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less