Motorsport

Quesnel : Avec Ogier, Citroën serait encore devant !

L’ancien directeur de Citroën Racing revient sur l’Armée Rouge

Recherche

Par

16 février 2014 - 19:20
Quesnel : Avec Ogier, Citroën serait (...)

Sujet parfois tabou, particulièrement en France où Sébastien Loeb est adulé par le public, l’histoire de l’éviction de Sébastien Ogier de chez Citroën Racing à la fin de la saison 2011 vue par un des protagonistes l’époque : Olivier Quesnel.

Mais qui est Olivier Quesnel ? C’était le directeur de Citroën Racing de 2008 à 2011 et, sous sa direction, aucun titre constructeur ou pilote n’a échappé à l’Armée Rouge. Débarqué juste avant le début de la saison 2012 du WRC, le Français revient sous les feux des projecteurs puisqu’il est pressenti pour un rôle en Formule 1 chez Lotus.

Avec ce retour sur la scène médiatique, les langues se délient, et Quesnel ne se prive pas de pointer du doigt les décisions politiques de son ancien employeur.

De façade, l’histoire est belle. Loeb reste le seul à avoir gagné avec Citroën, pour un total de 9 titres ’pilotes’. Mais Quesnel apporte son eau au moulin, précisant que Loeb, parfois fatigué par sa longue carrière, parlait de plus en plus de retraite entre 2010 et 2011. L’un des mandats de Quesnel était donc de rechercher le successeur du plus grand pilote de rallye de tout les temps.

Seulement voilà, le jeune qui montait est ... monté trop vite. Sébastien Ogier s’est rapidement taillé la part du lion dès sa nomination dans l’équipe officielle. Ceci n’était ni du goût de Loeb, ni de celui de la direction général de Citroën qui voyait son pilote fétiche menacer de partir à la concurrence. Jean-Marc Gales, le PDG de Citroën, a personnellement scellé l’accord de pilote n°1 entre l’équipe Citroën et Loeb, éjectant de facto Ogier et laissant Quesnel assumer une décision qu’il n’avait pas choisie.

Citroën vraiment gagnant avec Loeb sur 17 rallyes ?

Ce n’est donc que de façade que l’histoire est belle, car depuis le retrait de Loeb, la DS3 WRC ne s’impose plus. Ou plutôt pratiquement plus. En 2013, outre le nonuple champion du monde sur deux de ses quatre piges, seul Dani Sordo a remporté une victoire au volant d’une Citroën. Le groupe français a ainsi offert la couronne de lauriers ’constructeurs’ à Volkswagen, l’équipe qui a eu le nez de dérouler le tapis rouge à Sébastien Ogier.

La F1 et Lotus ne font pas peur à Quesnel !

« C’était plus ou moins la même situation quand je suis passé d’une entreprise de presse à Citroën sans véritable expérience sportive, » explique Quesnel. « Nous avons gagné quatre saisons de suite et nous aurions continué de le faire si personne n’avait décidé de se séparer de Sébastien Ogier. »

Quant à Lotus, le Français ne fait acune cachotterie : « Si mon nom devait tomber, je n’y réfléchirais pas à deux fois, » confirmant ainsi que c’est Lotus qui à son avenir entre les mains.

WRC

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less