Formule 1

Vettel ne veut pas que la F1 revienne ’totalement’ en arrière sur son règlement

Il veut un peu de simplicité et de constance

Recherche

Par Emmanuel Touzot

14 juillet 2019 - 12:15
Vettel ne veut pas que la F1 revienne

Le règlement de la Formule 1 a été contesté récemment, après la pénalité infligée à Sebastian Vettel au Canada, et l’absence de sanction à l’encontre de Max Verstappen en Autriche. Trop complexe, pas assez constant, la grogne a augmenté face au règlement et Vettel avait même lancé qu’il fallait le brûler.

"En bref - et c’est la version édulcorée - si vous regardez dans le passé, les gens s’entendaient très bien sur la piste. Il y avait des actions vilaines aussi, oui" lance l’Allemand.

"Parfois, elles étaient tolérées mais parfois pas."

"Maintenant, il est difficile de dire de revenir totalement en arrière. Parce que je pense que certaines choses sont bien mieux. Mais on devrait nous laisser faire notre travail."

"Pourrons-nous jamais créer le monde de la course parfait ? Non, nous n’y arriverons pas. Pourrons-nous jamais empêcher les gens de se gêner en qualifications ? Non, c’est impossible."

S’il est conscient qu’il est impossible d’arriver à un niveau de perfection du côté des pilotes, comme du côté des commissaires, Vettel aimerait simplement que le règlement soit assez simple pour être interprété de la même façon à chaque incident.

"Ce que je veux dire, c’est qu’aucun incident n’est jamais vraiment identique. Nous avons donc bien sûr des lignes directrices. Ces lignes s’accompagnent de règles de plus en plus nombreuses et vous devez les respecter. Nous ne grandissons plus en tant que jeunes pilotes complètement fous. Il y a des limites, ce qui est juste, et si quelqu’un les dépasse, il doit être pénalisé."

"Mais ce que nous avons maintenant ressemble à un contrôle excessif. Et des choses qualifiées de dangereuses ne le sont simplement pas, tout ça pour amener quelqu’un à subir une pénalité et tout ce qui va avec."

Il regrette la politisation de certaines actions, parfois au détriment au sport : "Le vocabulaire que nous utilisons ressemble beaucoup à celui des avocats et de la justice plutôt qu’à celui de sportifs. Personne ne parle comme ça."

Ferrari

expand_less