Verstappen ou Leclerc ’ne domineraient pas’ en Formule E

Le niveau moyen des pilotes est ’meilleur’ que celui de la F1 selon Rowland

Recherche

Par Paul Gombeaud

14 janvier 2023 - 15:44
Verstappen ou Leclerc 'ne (...)

Le niveau actuel du plateau de la Formule E est globalement plus fort que celui de la Formule 1. C’est ce qu’affirme Olive Rowland, qui pilotera cette année pour l’équipe Mahindra au sein du championnat 100% électrique qui débute sa saison ce week-end au Mexique.

Le Britannique, qui affrontait par le passé certains de ses homologues de la F1 dans les formules de promotion, estime ainsi que même un pilote comme Max Verstappen, qui vient de remporter deux titres mondiaux dans la catégorie reine, n’aurait pas la vie facile dans cette catégorie, loin de là même.

"Je ne pense pas que vous pourriez mettre n’importe quel pilote de F1 en Formule E et qu’il gagnerait facilement," a déclaré Rowland pour Total-Motorsport.

"Je pense que Max se démarque en F1 en ce moment en termes de rythme, de talent et simplement de capacités naturelles. C’est facile à dire puisqu’il gagne, mais j’ai aussi de l’estime pour les autres, notamment les plus jeunes comme Charles (Leclerc) et George (Russell)."

"Mais s’ils venaient ici, ils ne domineraient pas. Je le sais, j’ai couru contre eux et je connais leur niveau. Je dirais que le niveau moyen en Formule E est meilleur que celui de la F1. Je les accueillerais volontiers ici à tout moment."

Rowland a en effet battu, ou du moins tenu la comparaison, avec certains pilotes de F1 actuels ou qui évoluaient encore récemment dans la discipline.

Sacré champion de Formule Renault 3.5 en 2015, il devançait cette année-là Nyck de Vries, qui terminait troisième, ainsi que Nicholas Latifi, l’ancien pilote Williams qui achevait le championnat à la 11e place.

Puis en 2017, alors qu’il évoluait en Formule 2, Rowland s’affichait comme l’un des meilleurs dans l’antichambre de la F1, où il était loin d’être ridicule en comparaison du futur champion, Charles Leclerc.

"En F2, je terminais troisième du championnat derrière Leclerc, qui évoluait avec l’équipe Prema et qui connaissait une saison assez bonne," poursuit le Britannique.

"Je l’ai poussé jusqu’au bout et si je n’avais pas eu quelques disqualifications, j’aurais été là pour remporter le championnat à la fin."

Rowland a subi l’époque des pilotes ’payants’ en F1

Et si les portes de la F1 ne se sont finalement jamais ouvertes pour lui, Rowland estime avant tout que c’est parce qu’il n’avait pas le budget nécessaire.

Ceci étant dit, il affirme être aujourd’hui pleinement épanoui en Formule E.

"J’ai eu quelques opportunités, mais j’avais besoin d’argent et ça ne s’est pas produit. Le problème, c’est que lorsque vous affrontez le gars qui apporte 20 millions, une équipe qui n’est pas en tête prendra ces 20 millions."

"Je pense que les choses sont en train de changer, avec le plafonnement du budget et l’intérêt supplémentaire pour la F1 que Netflix a suscité, ce qui signifie que les équipes ont un peu plus d’argent et n’ont plus besoin de courir après le budget."

"Il y a cinq ou six ans, quand j’étais là, vous aviez besoin d’argent et il y avait beaucoup de pilotes payants. Je n’étais pas l’un d’entre eux. Quand vous évoluez dans les formules de promotion, vous rêvez d’être en F1. Mais plus vous vous en rapprochez, plus vous réalisez que vous devez aussi gagner votre vie."

"Pour ma part, je me suis dit : ’OK, la F1 est peut-être une opportunité, mais j’ai aussi besoin de gagner de l’argent’, et la Formule E est l’un des meilleurs endroits dans le sport automobile pour le faire."

"Nous avons des constructeurs compétitifs et le pilotage est extrêmement compétitif, donc vous pouvez bien faire pour vous-même."

F1 - FOM - Liberty Media

Info Formule 1

Photos

Vidéos