Steiner : MoneyGram a vu la F1 comme ’un sport important’

L’équipe Haas pourra compter sur un partenaire enthousiaste

Recherche

Par Emmanuel Touzot

9 novembre 2022 - 11:26
Steiner : MoneyGram a vu la F1 (...)

Haas F1 a annoncé un sponsor titre en grande pompe le mois dernier à Austin. L’équipe américaine a signé un accord pluriannuel avec la société texane MoneyGram. Günther Steiner, directeur du team, juge que c’est le signe avant-coureur d’un intérêt colossal des entreprises américaines envers la Formule 1.

"Je pense que MoneyGram est un peu en avance sur la vague" a déclaré Steiner à RACER. "Je pense qu’il y a plus à venir des États-Unis, et j’espère que MoneyGram a ouvert la porte à d’autres personnes."

"L’intérêt pour la F1 a augmenté, il y a tous les fans, mais les entreprises ne réagissent pas instantanément. C’est du genre ’OK, c’est intéressant, mais voyons si ça colle, voyons où ça va, et voyons qui d’autre le fait en premier’ pour qu’ils aient quelqu’un avec qui comparer."

"Je sais qu’Oracle est sur la voiture de Red Bull, mais c’est une autre dimension. Oracle est une société américaine, mais elle est très importante. Je pense que MoneyGram est une société américaine qui a pensé que la F1 pourrait nous aider à développer notre activité mondiale pour en faire plus."

"La F1 est en pleine croissance, donc ils se sont penchés sur la question et se sont dit ’c’est vraiment un sport important’, puis ils ont commencé à s’y intéresser et, finalement, ils nous ont rejoints en tant que partenaire, ce qui est formidable."

MoneyGram arrive avec "un objectif clair"

Après les échecs avec Rich Energy et Uralkali, Steiner n’est pas inquiet d’un troisième camouflet : "Je n’y pense même pas. Nous avons fait notre devoir de diligence, j’ai une équipe beaucoup plus forte autour de moi maintenant pour travailler avec ces gens et arriver à ces accords."

"L’accord a été conclu à l’issue de négociations très difficiles, ce qui montre que cela va fonctionner. Ils savent ce qu’ils font, ils savent ce qu’ils veulent en retirer, et cela me rend confiant quant à leur volonté de le faire."

"Ils ont un objectif clair de ce qu’ils veulent obtenir de ce programme, ils ne le font pas parce qu’ils se sont réveillés un matin et qu’ils aimeraient le faire - c’est une société cotée en bourse et ils doivent tenir leurs promesses."

"Ils vont faire en sorte que cela fonctionne pour eux et nous devons travailler avec eux pour atteindre leur objectif. Je ne m’inquiète pas de savoir si cela va fonctionner ou non. Si cela ne fonctionne pas, nous traverserons ce pont si nous y arrivons, mais pour le moment, je ne suis pas intimidé par un possible problème avec cela."

Un projet qui se forme au fil du temps

Steiner veut désormais construire une équipe forte, et que le partenariat avec MoneyGram en soit le reflet. Cela fait partie du plan de progression de la structure dans son ensemble : "C’est tout un travail, mais cela fait partie de mon travail, et de celui de l’équipe maintenant."

"Nous avons fait de grands progrès ces deux dernières années, quand nous étions là où nous étions, nous nous sommes améliorés dans certaines choses. Nous sommes devenus meilleurs pour trouver des sponsors. Vous voyez maintenant les sponsors sur la voiture."

"La scission avec Uralkali nous a donné une pause. Nous avons juste réalisé que nous devions faire quelque chose et nous avons commencé avec un nouveau directeur marketing en janvier et il fait du bon travail, mais nous n’avons pas commencé à le recruter en janvier, nous avons commencé l’année dernière."

"C’est la même chose pour tout le monde, vous travaillez et vous faites des choses et tout à coup, elles se mettent en place. Et vous dites ’comment avez-vous fait ?’. Nous avons commencé à travailler sur ce projet il y a plus d’un an et maintenant il se concrétise. Cela montre toujours que vous devez continuer à faire ce que vous pensez être la bonne chose à faire."

Un fonctionnement fluide avec Gene Haas

Durant cette période de reconstruction et de croissance, Steiner apprécie d’avoir eu l’opportunité de faire ce qu’il souhaitait face à Gene Haas, le propriétaire et fondateur de l’équipe.

"Nous savons où nous devons aller. Il nous donne tout le soutien dont nous avons besoin, mais il vous dit clairement ’voilà ce que nous devons réaliser en tant qu’entreprise’ et comment y parvenir. Cela vous met dans une situation où nous disons ’nous avons fait ce que l’investisseur essaie d’atteindre’."

"Nous devons avoir une équipe de F1 qui soit commercialement viable, que personne ne doive subventionner. Toute entreprise doit atteindre cet objectif. C’est un objectif très juste, et si je ne l’aime pas, je peux choisir de partir moi aussi. C’est en partie pourquoi j’aime être ici, on vous donne un objectif, personne n’interfère avec la façon dont vous l’atteignez tant que vous le faites, et ensuite il vous donne tout le soutien que vous voulez."

Haas F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos