Seidl aimerait un cadre légal autour des synergies en F1

Certaines équipes vont trop loin dans le partage

Recherche

Par Emmanuel Touzot

15 mars 2022 - 18:10
Seidl aimerait un cadre légal autour (...)

Les synergies entre équipes partenaires sont vues depuis plusieurs années comme un fléau en F1. C’était le cas à la fin des années 2000 entre Red Bull et Toro Rosso, même si les deux teams n’avaient pas de résultats probants lors des premières années.

Par la suite, ce fut interdit, mais on a vu fleurir d’autres voitures très proches d’un modèle. On pense notamment à Haas et Ferrari (photo), mais aussi à Racing Point, dont la RP20 était un copier-coller de la Mercedes W10 de 2019.

Chez McLaren, le directeur Andreas Seidl n’a pas encore eu le temps de se pencher sur de telles ressemblances pour la saison à venir entre diverses équipes. Mais il admet que son équipe veut discuter avec la F1 pour éviter les synergies à l’avenir.

"Dans l’équipe, nous sommes très occupés par nous-mêmes cette semaine, donc je ne peux pas parler spécifiquement des deux voitures de Haas et Ferrari par exemple" a déclaré Seidl.

"Mais ce n’est pas un secret qu’en général, ces relations qui peuvent exister dans le cadre des règlements tels qu’ils sont écrits en ce moment, sont une préoccupation pour nous."

"C’est pourquoi nous sommes convaincus qu’à l’avenir, nous devrions prendre des mesures pour que la F1 redevienne un championnat composé de 10, 11 ou 12 véritables constructeurs."

"De notre point de vue, la F1 devrait être un championnat de 10, 11 ou 12 équipes en compétition, où les seules choses que vous devriez être autorisés à partager sont les unités de puissance et les environnements de boîte de vitesses. Mais tout le reste, vous devriez le faire vous-même."

"Parce que nous savons que dès que vous allez plus loin, vous avez forcément un changement ou un transfert de propriété intellectuelle qui est pertinent pour la performance de la voiture, et ce n’est pas ce que la F1 devrait être."

Il confirme également que McLaren n’est pas la seule équipe à avoir ces inquiétudes : "C’est pourquoi nous abordons continuellement ce sujet avec d’autres équipes qui ont les mêmes préoccupations."

"Et c’est pourquoi nous avons également un dialogue avec la FIA. J’espère qu’à un moment donné, nous ferons des progrès. La façon la plus efficace et la plus simple d’avancer est d’avoir des limites claires de ce qui peut être partagé."

McLaren

Info Formule 1

Photos

Vidéos