Formule 1

Russell annonce avoir fait des progrès dans le simulateur F1 grâce au e-racing

Le e-racing, combien de dixièmes en F1 ?

Recherche

Par A. Combralier

23 juin 2020 - 17:24
Russell annonce avoir fait des (...)

George Russell a été sacré champion virtuel de la F1, après avoir remporté plusieurs Grands Prix d’affilée par consoles de jeux interposées. Le pilote Williams a bataillé dur contre Charles Leclerc ou Alexander Albon, mais c’est bien lui qui s’est avéré le plus performant dans cet exercice.

La question se pose désormais : le e-racing aide-t-il au pilotage réel ? S’il est encore tôt pour le savoir, le pilote Williams a donné une piste de réponse au site The Race : grâce au e-racing, George Russell dit avoir amélioré son chrono dans le simulateur Williams, par rapport à la période pré-confinement.

« J’ai sauté dans le simulateur pour la première fois ce lundi chez Williams, c’était mon premier jour depuis les tests d’avant-saison en Australie et après Barcelone. »

« Après Barcelone, j’ai fait un travail de corrélation, pour m’assurer que le ressenti était bien dans la voiture par rapport à ce que j’avais ressenti à Barcelone. »

« Et [hier] j’ai dit à mon ingénieur : "Bon, j’aimerais utiliser exactement les mêmes réglages, juste pour avoir une idée de mon niveau par rapport à [avant le confinement]. Et évidemment, après tous mes efforts de pilotage sur le e-racing. »

« Nous avons donc repris les mêmes réglages, et mes deux premiers tours étaient plus lents de quelques secondes. Et je me suis dit : "Oh mon Dieu, ça va prendre une éternité". »

« Mais à mon 14e tour, j’étais en fait plus rapide qu’avant l’Australie et après Barcelone, avec exactement les mêmes réglages. Et j’étais stupéfait. »

« Et dès que je me suis remis dans le rythme, c’était incroyable. Et je me suis dit que je suis sûr que c’est en partie dû au fait que j’ai fait tous ces trucs de simulation et d’esports à la maison. Pour garder mon corps et mon esprit affûtés. »

« Au bout du compte, il faut toujours piloter, il faut toujours freiner le plus tard possible, prendre le plus de vitesse possible dans les virages, réaccélérer plus tôt, ce ne sont là que des valeurs fondamentales de la course et de la vitesse. »

« Et même s’il m’a fallu quelques tours juste pour réapprendre la différence entre le comportement d’une F1 [dans le simulateur] par rapport à l’ordinateur... J’ai tout de suite compris. Et comme je l’ai dit, je me suis surpris moi-même avec ça. »

George Russell a tiré une autre leçon positive de cet e-racing : l’encouragement à la persévérance, le fait de ne rien vouloir lâcher même au milieu des difficultés et des doutes.

« Une chose que cela a pu me rappeler, c’est qu’on ne peut jamais abandonner un objectif. »

« J’ai commencé ce e-sport et je voulais gagner, mais je suis arrivé et je n’étais pas du tout au niveau pour gagner. Et je voulais rectifier cela. »

« Et évidemment, si vous êtes extrêmement talentueux et que vous ne travaillez pas dur, vous n’arriverez à rien. Je pense que cela prouve à tout le monde que l’on peut faire beaucoup de choses si l’on travaille dur et si l’on fait des efforts. »

« C’est ce que je faisais au début, quand j’étais à des kilomètres du rythme requis, et je n’y arrivais pas. Cela ne m’est pas venu naturellement. »

« Et j’ai probablement eu deux semaines de frustration, en pensant "je fais tout cet entraînement, et je n’arrive à rien, je tourne en rond, en rond, en rond, en me rendant fou". Et puis soudain, un jour, je me suis réveillé, j’ai sauté dessus et ça a fait tilt. Et ça a fait un effet boule de neige à partir de là. »

« J’aurais pu très facilement me dire : "Bon, ce n’est pas pour moi, pas ma tasse de thé, je vais juste le laisser là. Je suis un vrai pilote, pas un pilote d’esports". Mais il faut persévérer dans certaines choses, et c’est la plus grande leçon que j’ai apprise. »

Williams F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less