Formule 1

Pénalisé à Monza, Hamilton est allé s’expliquer avec les commissaires et s’est montré ‘très poli’

Connelly explique comment il a fait avaler la pénalité

Recherche

Par Alexandre C.

10 février 2021 - 10:21
Pénalisé à Monza, Hamilton est allé (...)

Lorsque la Haas de Kevin Magnussen s’arrêtait à la Parabolique, près des stands de Monza, en septembre dernier, personne n’imaginait l’incroyable imbroglio qui allait suivre. La ligne des stands se ferme, Lewis Hamilton, mal conseillé par son équipe, arrive pourtant pour changer de pneus (il sera le seul pilote à faire cette faute avec Antonio Giovinazzi). Tous les pilotes respectent la règle et restent en piste. Pierre Gasly, qui est passé par les stands un tour avant, tire le gros lot. Cette voiture de sécurité, avec le stop-and-go infligé à Hamilton en punition, ont construit sa victoire.

Durant le drapeau rouge (à la suite de la violente sortie de Charles Leclerc), Lewis Hamilton était allé trouver les commissaires de piste pour avoir des explications sur sa pénalité.

Le commissaire de piste Gary Connelly a raconté l’épisode : Lewis Hamilton ne comprenait pas sa pénalité, et pourtant, elle était inscrite bel et bien dans le règlement. Voici ce que l’officiel de la FIA a alors expliqué au pilote Mercedes… Les faits étaient simples pourtant !

« Lewis Hamilton est entré dans la pitlane. Une fois que nous avons clairement établi que les stands était fermés, que les feux d’avertissement, les panneaux lumineux, dont deux à l’entrée dans stands, affichaient clairement la croix pour indiquer que la pitlane était fermée, nous nous sommes alors référés à la réglementation appropriée. »

« Et nous n’avions pas le choix, et c’est quelque chose que la plupart d’entre nous n’aiment pas, nous n’aimons pas les sanctions obligatoires. »

« En fait, presque tous les présidents des commissaires de la FIA en F1 et la plupart des autres commissaires en F1 sont en désaccord avec les pénalités obligatoires, mais elles sont là, principalement à la demande des équipes. Et cette [infraction] a nécessité une pénalité de stop-and-go pour Lewis Hamilton. »

« Lewis a sauté sur son scooter pendant l’interruption de la course, a descendu la pitlane, et est venu nous rendre visite. »

« Et Lewis a été extrêmement poli. Et il a juste dit, Les gars, pouvez-vous me dire pourquoi j’ai été pénalisé ? Et on a dit : Oui, parce que vous êtes entrés dans la pitlane alors qu’elle était fermée. Il a dit : Pouvez-vous me montrer ? »

« Et nous lui avons montré la vidéo. Nous lui avons montré à partir de sa caméra embarquée. Et là, juste devant lui, il y avait le voyant d’avertissement du premier panneau, puis du deuxième panneau. »

« Et il a dit : "Oh, d’accord. Je l’accepte", a-t-il dit, mais pourquoi une sanction aussi sévère ? »

« Et nous lui avons expliqué : Malheureusement Lewis, c’est une peine obligatoire. Et nous n’avons pas d’autre choix que de vous imposer cette peine. »

« Et bien qu’il n’en soit pas absolument ravi, Lewis l’a accepté, et a été extrêmement poli, comme je l’ai toujours trouvé, et il a quitté la pièce et y est retourné. »

Lewis Hamilton aurait-il alors dirigé son incompréhension non vers la FIA, mais vers son équipe ?

« Alors, sans doute, il avait quelques commentaires à faire à son équipe sur les raisons pour lesquelles ils ne l’ont pas prévenu à la radio. »

« Mais je pense que c’est un exemple parfait, montrant que peu importe la douleur de la décision, elle a été acceptée par Lewis, et elle a été acceptée par son équipe. »

Pour Connelly, il y a en tout cas une leçon à tirer de cet épisode : la pédagogie paie.

« Cela montre donc que si vous pouvez expliquer quelque chose, vous pouvez prendre une décision difficile qui soit acceptable pour ceux à qui elle s’applique et pour le grand public. »

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less