Formule 1

Moins de surchauffe, plus d’attaque : la F1 2022 promet selon Russell

Les premiers aperçus dans le simulateur ont parlé

Recherche

Par Alexandre C.

11 juillet 2021 - 16:31
Moins de surchauffe, plus d’attaque (...)

De même que Charles Leclerc, George Russell a pu avoir un premier aperçu des F1 2022 dans le simulateur de l’équipe Williams. Le règlement, pour rappel, est censé permettre aux voitures de se suivre davantage en piste, sans perdre de la performance dans l’air sale – ou beaucoup moins.

De ses premiers aperçus à Grove, George Russell (qui espère bien sûr piloter une Mercedes et non une Williams l’an prochain) a livré un premier sentiment positif.

« On devrait pouvoir davantage faire la course avec » a-t-il déclaré.

« Ce sera plus bénéfique pour les pneus parce que vous avez alors moins d’air sale, et les pneus seront probablement moins en surchauffe. »

A quel point d’ailleurs George Russell s’implique-t-il dans le développement de la Williams 2022, sachant qu’il pourrait ne pas la piloter ?

« Pas énormément » confirme-t-il.

« Je suppose que du point de vue du pilotage, vous donnez constamment votre avis sur la voiture de cette année et sur ce que vous attendez de la voiture de l’année prochaine. »

De même que Charles Leclerc, George Russell confirme donc que les F1 de l’an prochain n’auront plus rien à voir avec celles d’aujourd’hui en termes de pilotage, ou presque.

« C’est un si grand changement. C’est quelque chose de complètement différent. L’année prochaine, c’est probablement l’un des plus grands changements jamais apportés aux règlements de la Formule 1. »

Bien entendu, George Russell confirme qu’il est "encore très tôt" avant d’avoir un avis définitif. D’autant que si les données de Williams se trompent, tout ce jugement pourrait être à revoir.

« Évidemment, nous avons aussi les pneus de 18 pouces. Modéliser tout ça, un changement aérodynamique massif, modéliser les pneus de 18 pouces, comment cela affecte la dynamique de la voiture, à ce stade, sans avoir fait un seul tour sur piste pour recueillir les vraies données, c’est difficile. »

« Je suppose que cela revient à la façon dont la corrélation de l’équipe est bonne. Si une équipe a une bonne corrélation entre la CFD et la soufflerie, puis sur la piste, avec quelque chose d’aussi drastique, elle devrait être en très bonne position. »

« Ils peuvent probablement faire confiance à leurs chiffres, alors que pour les équipes qui ne peuvent probablement pas faire autant confiance à leurs chiffres… elles seront légèrement sur la défensive. Pour l’instant, je pense que c’est la même chose pour toutes les équipes, elles essaient de trouver leurs marques et de comprendre où elles peuvent exploiter et trouver plus de performance. »

Williams a-t-elle des outils fiables selon George Russell ? Impossible de le dire pour le moment...

« Mais tant que nous n’aurons pas roulé en piste lors du premier test l’année prochaine, personne n’en aura la moindre idée. »

Williams F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less