Mekies a ’transformé sa passion en travail’ pour atteindre la F1

Le directeur sportif de Ferrari raconte son meilleur souvenir

Recherche

Par Emmanuel Touzot

10 novembre 2022 - 10:11
Mekies a 'transformé sa passion (...)

En marge du Grand Prix du Brésil, Ferrari a mis en avant son directeur sportif, Laurent Mekies. Le Français raconte comment il est devenu ingénieur, puis comment une rencontre avec Mattia Binotto l’a amené au sein de la Scuderia.

"Tout a commencé, comme c’est le cas pour la plupart des enfants dans le monde, en étant attiré et passionné par les voitures depuis un très jeune âge, puis en ayant la chance de transformer cette passion en un travail quelques années plus tard" a déclaré Mekies.

"Heureusement, il existe d’excellentes possibilités de commencer dans les catégories de base du sport automobile après l’université, pour ensuite gravir les échelons et atteindre la Formule 1."

"Après un long passage chez Toro Rosso et un autre à la FIA, j’ai eu encore la chance de croiser le chemin de Mattia à un moment où il cherchait toujours à renforcer l’équipe et c’est ainsi que j’ai eu l’opportunité de rejoindre Ferrari."

Interrogé sur son meilleur souvenir chez Ferrari, il n’hésite pas et sélectionne la deuxième victoire en carrière de Charles Leclerc, devant le public italien : "Le meilleur souvenir ? Monza 2019 bien sûr, car gagner devant nos tifosi est quelque chose d’incomparable !"

Un troisième Sprint sur un circuit de "caractère"

Le Français n’exclut pas un week-end compliqué en matière de météo au Brésil, et il loue le tracé de l’Autodromo José Carlos Pace : "C’est l’un des sites bien établis du calendrier. Il a beaucoup de caractère avec un superbe mélange de virages à vitesse moyenne et une très longue ligne droite en montée à la fin du tour."

"C’est donc un circuit difficile pour les choix de réglages, les niveaux d’appui et ainsi de suite. C’est aussi un circuit où nous avons souvent dû faire face à de fortes pluies dans le passé, ce qui rend les courses très imprévisibles."

Ce week-end marquera le troisième et dernier Sprint de la saison. Mekies note que le grand défi pour les pilotes est la précocité des qualifications dans le week-end, tandis que la course courte ne change pas drastiquement la donne.

"Avec le format Sprint, vous passez directement aux qualifications après seulement une heure d’essais et c’est tout. Vous ne pouvez pas changer les réglages des voitures à partir de ce moment-là. Cela met donc l’accent sur la qualité de votre travail de préparation à la maison, en termes de simulation et dans le simulateur avec nos pilotes."

"Cela met également à l’épreuve tous les pilotes, qui doivent réussir un tour de qualification après si peu de temps d’adaptation. A partir de là, c’est un peu comme une course de 400 km, interrompue par un drapeau rouge après les 100 premiers kilomètres."

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos