Formule 1

Les ailerons arrière, la clef des progrès de Williams F1 en 2020 ?

Simon Roberts revient sur une saison ‘étrange’

Recherche

Par Alexandre C.

2 février 2021 - 14:56
Les ailerons arrière, la clef des (...)

Contrairement à ce qui s’était passé en 2019, en 2020, Williams (surtout la voiture de George Russell) a au moins pu se mêler de manière plus ou moins régulière à la lutte en queue de peloton, face aux Alfa Romeo et aux Haas, voire les Ferrari.

Même si l’équipe n’a pas marqué de point, au moins, elle a pu se battre – alors qu’en 2019, la seule inconnue était de savoir quelle Williams allait finir avant-dernière, soit le meilleur résultat possible.

Simon Roberts, le directeur d’écurie, a salué ce point positif qui a pu redonner de la motivation à George Russell et Nicholas Latifi…

« Je pense que, du point de vue du pilote, le fait qu’il ait maintenant une voiture qu’il peut mettre dans la lutte dans le peloton… Je sais que nous courons Haas et Alfa Romeo, mais au moins les pilotes ont quelqu’un contre qui faire la course, comme vous l’avez vu, ils ont une voiture capable de la Q2. »

« Cela leur donne aussi une certaine confiance. Ils savent qu’ils sont en course et qu’ils peuvent se battre et s’amuser au lieu de se contenter de rouler, au lieu qu’on soit en train de voir leurs numéros à l’arrière de leur voiture tout le temps, ce qui n’est bon pour personne. »

Finalement, 2020 aura été une année de progrès, mais encore suffisante, une "étrange saison" pour Simon Roberts.

« Je suppose que cela a commencé positivement d’une certaine manière parce que la voiture avec laquelle nous avons terminé l’année était très différente de celle que nous avions en 2019. »

« Mais nous n’avons pas vraiment vu cela au début parce que nous avions du mal à trouver l’équilibre dans la voiture, à obtenir une bonne stabilité aérodynamique. Donc, ce que nous avons pu travailler et développer avec la voiture, c’est de faire en sorte que l’appui que nous avions fonctionne vraiment bien. »

Quelles évolutions Williams a-t-elle pu en particulier apporter ?

« Nous avons introduit deux ou trois ailerons arrière. Ce n’était pas révolutionnaire, mais c’était un développement et c’était vraiment une caractéristique qui, en trouvant plus d’appui à partir de la voiture de 2019, a fait que certaines parties de la voiture ont été surchargées d’éléments. »

« Donc des ailerons, qui fonctionnaient parfois totalement bien, déraillaient tout à coup et c’était notre principal focus dans la première partie de la saison. »

« La première fois que nous avons réussi à régler ce problème, c’est parce que nous avons fait rouler le nouvel aileron arrière à faible appui à Spa, donc vous pouvez regarder en arrière et voir les petits pas que nous avons faits et qui ont été bons. »

Williams F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less