Leclerc est ‘frustré’ de finir 2e mais dépasser était trop risqué

Il raconte à quel point dépasser Pérez était difficile

Recherche

Par Alexandre C.

3 octobre 2022 - 09:32
Leclerc est ‘frustré' de finir 2e (...)

Comme en 2019, Charles Leclerc a fini 2e d’un Grand Prix à Singapour et comme il y a trois ans également, le pilote Ferrari peut s’estimer déçu voire floué du résultat : car si en 2019, la stratégie Ferrari avait favorisé Sebastian Vettel, cette fois, c’est la ‘simple’ pénalité de 5 secondes infligée à la Red Bull de Sergio Pérez qui fait parler…

Charles Leclerc est-il donc immensément frustré, comme en 2019, après ce Grand Prix ?

« Non, non, chaque course finit avec un sentiment différent. Mais la frustration est là, évidemment. Je veux dire, le rythme était vraiment bon. Malheureusement, nous avons eu un mauvais départ et à partir de ce moment-là, nous étions un peu du mauvais pied. J’ai essayé de mettre beaucoup de pression sur Checo. »

« Mais oui, vous surchauffez les pneus assez rapidement, et puis vous reculez un peu. Donc c’était très difficile de rester toujours dans la boîte de vitesse de Checo. »

L’essentiel s’est joué au départ où Charles Leclerc a manqué son envol : que s’est-il passé ?

« Eh bien, je ne sais pas encore vraiment, si c’est moi qui ai fait une erreur ou si c’est autre chose, il faudra l’analyser. La seule chose que j’ai ressentie, c’est que j’ai eu un peu de patinage, j’ai perdu le contrôle et j’ai vu que Checo avait pris un départ incroyable. Mais c’est comme ça. »

« La position en piste à Singapour est vraiment, vraiment importante et pour être honnête, j’ai senti que nous avions un très bon rythme. Cela dit, c’est notre responsabilité de faire un bon départ et Red Bull a été meilleur que nous sur ce point. »

« Mais je ne pense pas que ce soit une tendance pour nous. Carlos a fait un bon départ, donc nous allons regarder de mon côté et essayer de l’améliorer. »

Sur le point de la performance pure, de l’exécution, de la stratégie, Charles Leclerc félicite tout de même la Scuderia qui a été au rendez-vous selon lui, à Singapour.

« La performance était là. Je pense aussi que les choix que nous avons faits étaient les bons. Et comme je l’ai dit avant ce week-end, je veux utiliser ces dernières courses pour nous améliorer sur l’exécution de la course, surtout, et je sens qu’on a fait un pas en avant ce week-end. »

« Nous devons faire d’autres pas en avant. Mais c’est dans la bonne direction. Et je suis content de ça. Mais bien sûr, je suis frustré par cette deuxième place. »

Avait-il vraiment le rythme pour concurrencer Sergio Pérez ? Plus en slicks qu’en intermédiaires ?

« Au début, oui, mais j’ai beaucoup poussé. Et puis dans les 10 derniers tours, il a commencé à s’éloigner à nouveau. Mais dans l’ensemble, la performance était également bonne sur les intermédiaires, c’est juste qu’évidemment ce n’était pas super mouillé sur la piste, donc les températures des pneus sont assez élevées et ensuite je perdais un peu d’adhérence quand j’étais derrière lui. »

« Il y a aussi des choses que nous pouvons analyser de cette course parce que Red Bull semble être très, très bon après six, sept tours. Nous sommes très, très bons dans les six, sept premiers tours. Et nous allons examiner cela. »

Aurait-il pu dépasser ?

Charles Leclerc a tout de même été dans la boîte de vitesses de Sergio Pérez pendant plusieurs tours : un dépassement sous DRS n’a-t-il jamais été possible ? Le Monégasque le jugeait trop dangereux…

« J’ai été assez surpris parce que dès que j’ai perdu le DRS, c’était exactement au moment où les pneus de Checo ont commencé à fonctionner correctement et malheureusement je l’ai perdu un peu de vue. Mais oui, avant cela, tout était vraiment à la limite, et avec l’air sale dans des conditions comme celles-ci, la moindre erreur se paye très cher. Donc j’ai fait peu d’erreurs, j’essayais juste d’être aussi près que possible parce que je devais essentiellement faire les dépassements pendant les lignes droites. Je ne pouvais pas vraiment aller dans la zone de freinage et freiner plus tard parce que je ne savais pas vraiment comment était le circuit à l’intérieur, et je ne voulais pas prendre ce risque. »

« J’ai eu un tour où j’étais vraiment proche et j’ai pensé à aller à l’intérieur et freiner plus tard, mais pour moi, ça ne valait pas la peine, donc j’attendais juste la bonne opportunité. Cela n’est malheureusement pas arrivé à la fin. »

A-t-il enfin conduit différemment en fin de Grand Prix, quand Sergio Pérez était sous enquête et qu’on ne savait pas si la pénalité serait de 5, 10 secondes etc... ?

« Je savais que Checo faisait l’objet d’une enquête, mon ingénieur me l’avait dit, alors j’ai poussé et dès qu’il m’a dit que Checo avait 5,1 secondes d’avance, il ne restait plus qu’à amener la voiture jusqu’au bout. Les conditions étaient vraiment, vraiment délicates et comme Carlos l’a dit, c’est juste très, très délicat de conduire la voiture et comme Checo l’a dit aussi, les erreurs peuvent être très faciles à faire. Donc dès que j’ai su que l’écart de cinq secondes était fait, j’ai juste ramené la voiture à la maison. »

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos