Formule 1

La crise de Covid-19 pourrait emporter Racing Point et Williams

David Richards sonne l’alarme en Angleterre

Recherche

Par Olivier Ferret

26 mars 2020 - 08:32
La crise de Covid-19 pourrait (...)

David Richards, ancien patron de plusieurs équipes, notamment en Formule 1, préside aujourd’hui le sport automobile britannique au sein de l’association Motorsport UK.

Selon lui, l’inquiétude doit être légitime pour certaines équipes de F1, la plupart étant basées en Angleterre, que le championnat 2020 démarre trop tard et que les revenus soient limités cette année, d’autant plus que les sponsors ont mis en pause la plupart des paiements promis.

"Beaucoup de choses vont dépendre de la Formule 1 et de sa manière d’affronter la situation. Le sport ne peut se permettre de perdre des équipes en fond de grille sinon ce serait un désastre pour lui," explique Richards.

"A son époque, Bernie Ecclestone avait fait en sorte que lorsque des crises survenaient, les petites équipes étaient protégées. J’espère que Liberty Media aura aussi le même sens du devoir."

Richards ne s’inquiète pas pour les grandes équipes telles que Mercedes F1 ou McLaren, mais plutôt pour Williams et Racing Point. Même si cette dernière a été sauvée par Lawrence Stroll et devrait bénéficier d’un programme Aston Martin.

"Pour Williams et Racing Point, ça ne sera pas facile. Il y a de grands risques que pas mal d’équipes en Angleterre (en F1 et hors F1) ferment leurs portes. Beaucoup d’entre elles n’ont pas la trésorerie pour survivre à une période comme celle-ci. Cela va être un vrai défi."

Avec une valeur de la Formule 1 divisée par deux et plus depuis le début de la crise du coronavirus, certains experts financiers de la F1 comme Christian Sylt s’inquiètent du fait que Liberty Media pourrait chercher à limiter la casse et revendre le sport afin de sauver, au moins, sa mise initiale. Une information pour l’instant ni démentie ni confirmée par les Américains.

F1 - FOM - Liberty Media

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less