‘J’ai fait des erreurs, Haas F1 aussi’ : Schumacher médite sur son éviction

‘Je suis champion de F2 et F3, les gens l’oublient’

Recherche

Par Alexandre C.

23 décembre 2022 - 11:17
‘J'ai fait des erreurs, Haas F1 (...)

Mick Schumacher sera donc un pilote sans volant de titulaire pour 2023 – il sera remplacé chez Haas par Kevin Magnussen, mais a pu rebondir en tant que troisième pilote chez Mercedes.

L’Allemand s’est confié sur ce dénouement qu’il trouvera probablement injuste de son côté. Cette saison 2022 n’a certes pas été catastrophique, mais elle n’a pas été non plus spectaculaire pour le champion F2 et F3.

Son éviction de Haas fera-t-il douter Mick Schumacher de son propre talent ? Le nouveau camarade de jeu de George Russell et Lewis Hamilton reste aujourd’hui pourtant très confiant dans ses capacités.

« Je ne suis généralement pas du genre à être arrogant. »

« On m’a toujours dit qu’il ne fallait pas aller dans ce sens, et cela m’est resté en tête depuis que je suis tout petit.

« Je ne me soucie pas vraiment de ce que les gens pensent de moi parce que je sais ce que je fais et dès que j’aurai la voiture pour le montrer, les gens le verront. Je n’ai donc pas besoin de le crier sur les toits. »

« Est-ce que j’ai le sentiment que je mérite d’être ici, en F1 ? Je dirais que oui, car j’ai prouvé tout ce qu’il fallait pour montrer que je pouvais être rapide, non seulement cette année mais aussi les années précédentes dans les catégories juniors. »

« Je suis un champion de Formule 2 et de Formule 3, je pense que les gens l’oublient en ce moment. »

« J’ai toujours fait mes preuves dans le sens où, quelle que soit la catégorie dans laquelle j’ai débuté, j’ai toujours été au sommet de la catégorie assez rapidement. »

« J’ai donc le sentiment que je peux être au sommet de la Formule 1 dans le sens où je suis capable de gagner le championnat du monde au bon moment, dans la bonne voiture. »

Les statistiques ne plaident certes pas forcément pour Mick Schumacher : il a été battu aux points par Kevin Magnussen (25 contre 12 points) ; l’écart moyen en qualifications entre les deux hommes, sur le sec, se montait aussi à un dixième et demi ; mais Mick Schumacher s’est aussi extirpé plus souvent de la Q1 (15 fois contre 12) et sa deuxième moitié de saison montrait « une claire tendance ascendante » comme il l’explique.

Pourquoi alors ce sentiment d’inachevé ?

« Cela tient au milieu de grille – à quel point il est proche. Surtout au début de l’année, notre voiture était très forte, puis je ne dirais pas que sa performance, ensuite, s’est estompée, mais d’autres équipes ont augmenté leurs performances. »

« Mais dans l’ensemble, nous avons eu beaucoup de situations cette année où j’ai senti que nous pourrions facilement aller en Q3, mais malheureusement pour des raisons liées aux limites de la piste ou autres, nous n’y sommes pas arrivés. »

« Nous avons eu tellement de bons moments et aussi des moments où nous avons surmonté une mauvaise situation, mais malheureusement nous n’avons jamais été récompensés de la bonne manière. »

« C’est ce qui est le plus frustrant pour moi. Nous avons travaillé si dur pour nous mettre dans une position à un moment donné… puis nous avons ensuite été déçus par des choses stupides, que tout le monde ne peut évidemment pas contrôler. »

Mick Schumacher renvoie Günther Steiner à ses responsabilités

Ce qui a coûté cependant sa place en 2023 à Mick Schumacher, c’est sans doute - selon Günther Steiner du moins - ses trop nombreux crashs, ou en tout cas trop coûteux.

Pour Mick Schumacher, c’est sûrement le point le plus injuste ou, en tout cas, le plus difficile à digérer. Il renvoie d’ailleurs Günther Steiner à ses responsabilités dans son management.

« J’ai fait ma juste part d’erreurs, et ils ont fait des erreurs aussi de leur côté. »

« Les jeunes pilotes… on essaie d’être toujours à la limite. C’est là où vous devez être pour marquer des points, et peut-être que si vous avez un pilote expérimenté qui est en Formule 1 depuis 10 ans, il sera capable de le faire un peu mieux et de dire "OK, est-ce que je dois pousser dans ce virage, quels sont les risques, quelles sont les récompenses ?". C’est juste une question de gestion, de management. »

« Et peut-être parce que l’année dernière je n’avais pas encore tout à fait ça en tête, ça m’a pris un peu plus de temps. Mais j’ai l’impression qu’aujourd’hui, je maîtrise parfaitement la situation. »

Haas F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos