Interview - Vasseur : Pas de n°1 désigné entre Leclerc et Sainz chez Ferrari

Un éventuel nouveau contrat F1 pour le Monégasque attendra...

Recherche

Par Franck Drui

27 janvier 2023 - 10:20
Interview - Vasseur : Pas de n°1 (...)

L’un des sujets les moins sensibles pour Ferrari et Frédéric Vasseur, le nouveau directeur de la Scuderia, sera probablement celui des pilotes.

Ferrari dispose en F1 d’un solide duo avec Charles Leclerc et Carlos Sainz, une situation qui ravit évidemment le Français. Mais certains points polémiques sont apparus ou peuvent apparaitre : y aura-t-il une préférence pour le Monégasque, que Vasseur connait bien ? Y aura-t-il une politique de n°1 et de n°2 en début de saison ou à un moment donné ?

Vasseur a répondu à ces interrogations dans sa première conférence de presse officielle pour Ferrari.

"Nous avons deux très bons pilotes qui sont tous les deux capables de faire le travail. Nous aurons la capacité de leur fournir exactement la même voiture, la même structure et le même soutien," explique Vasseur.

"L’objectif est de gagner pour Ferrari. Il n’y aura pas de numéro un ou deux. Mais si à un moment je dois agir, je le ferai. Peu importe que ce soit l’un ou l’autre, si à un moment clé de la saison, je dois faire quelque chose, je le ferai."

"Si je dois agir, je le ferai"

Quant au fait qu’il pourrait avoir tendance à privilégier Leclerc, Vasseur rappelle quelques faits.

"Vous savez probablement que nous avons commencé les discussions avec Carlos et le management de Carlos quand j’étais chez Renault F1 pour l’attirer et signer le contrat pour 2017. Puis il est arrivé un peu plus tard et, quand j’étais chez Sauber, j’ai essayé de signer à nouveau avec Carlos, mais cette fois sans succès, et j’ai dit ’d’accord, si je veux attirer Carlos, la meilleure façon est de rejoindre l’équipe où il est !’"

"Nous avons toujours eu une très bonne relation. Je lui fais confiance et je pense qu’il a montré au cours des deux dernières années qu’il était un vainqueur potentiel. Mais c’est très important pour l’équipe que nous n’ayons pas un numéro un et un numéro deux."

"L’organisation est limpide, mais ils doivent faire leur travail, et si à un moment donné je dois agir pour Carlos ou pour Charles, je le ferai."

Vasseur rappelle que la Scuderia passe toujours en premier

Le tableau est donc posé, clairement, du côté du statut des pilotes. Leur a-t-il déjà fixé un objectif ? Le discours tenu ne semble pas différent de celui de ses prédécesseurs à son poste.

"L’objectif de l’équipe est de gagner - avec Ferrari et pour Ferrari, c’est la politique de l’équipe. Oui, j’en ai déjà parlé avec les pilotes. Il est clair que nous leur accorderons exactement le même traitement et que nous les soutiendrons tous les deux de la même manière pour que Ferrari en profite pleinement."

"Ensuite, c’est certain que si à un moment de la saison, on est dans une bien meilleure position pour se battre pour le championnat pilotes, il faudra agir, mais il n’y aura pas de numéro un dès le début de la saison. Cela ne peut pas fonctionner car on ne sait jamais ce qui va se passer, et nous devons faire de notre mieux pour l’équipe, pas pour les pilotes."

"Et quand prendre la décision ? Il ne s’agit pas de la prendre en juin ou en septembre. Vous devez agir dans la saison quand il est évident que l’un sera dans une bien meilleure position que l’autre et pas avant. Cela pourrait être deux courses avant la fin ou bien avant. Personne ne peut le savoir."

Les contrats des deux pilotes seront-ils abordés cette année ?

Frédéric Vasseur dit qu’il n’a pas encore réfléchi à ce que sera le duo de pilotes de Ferrari au-delà de 2024 alors que Charles Leclerc et Carlos Sainz ont des accords fermes jusque là. En Italie, certains estiment qu’il faut déjà prolonger le Monégasque pour éviter qu’il ne s’en aille chez Red Bull ou Mercedes F1.

"J’ai rejoint Ferrari il y a deux semaines. Je pense que nous avons encore de nombreux mois de contrat avec Charles devant nous, donc je ne veux pas mettre ce problème sur la table aujourd’hui."

"Ce ne serait pas une bonne façon de commencer la collaboration. Nous devons nous concentrer sur le côté sportif pour obtenir des résultats. C’est comme un mariage - si les deux côtés de la table sont satisfaits de la situation, nous continuerons. Mais ce n’est pas la priorité aujourd’hui. Nous avons une bonne relation. Nous aurons le temps d’en discuter."

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos