Ferrari : Mekies explique la débâcle pour Leclerc en Q3

Une nouvelle erreur stratégique de la Scuderia au Brésil

Recherche

Par Emmanuel Touzot

12 novembre 2022 - 07:31
Ferrari : Mekies explique la débâcle (...)

De nouveau, la Scuderia Ferrari s’est totalement effondrée devant des choix délicats en qualifications du Grand Prix du Brésil. L’équipe craignait que la pluie arrive très vite en début de Q3, et elle a décidé de mettre les pneus intermédiaires à Charles Leclerc.

Or, la pluie n’est jamais venue, et après un tour rapide, le Monégasque est rentré aux stands pour chausser de nouveau les slicks. Mais c’était trop tard, la pluie arrivant et la séance étant interrompue.

Des erreurs manifestes ont été commises. La première a évidemment été de tenter la stratégie la plus osée sur le pilote qui ne sera pas pénalisé dimanche, alors que Carlos Sainz écopera de cinq places pour avoir changé de moteur à combustion interne.

L’autre a été cette hésitation que l’on retrouve souvent au sein de la Scuderia. Plus tôt pendant les qualifs, on avait vu la monoplace de Leclerc entourée de plusieurs trains de gommes tendres, et des mécaniciens semblant perdus autour de la F1-75.

Lorsque Leclerc est sorti en Q3 avec ses intermédiaires, il a vite interrogé Xavier Marcos Padros, son ingénieur, pour savoir s’il était le seul avec ce choix. "La piste est sèche", a-t-il argué dans la radio, son ingénieur lui répondant que le virage 12 était mouillé.

"Le reste est sec, tiens moi informé", a lancé le pilote, attendant une décision de son équipe. Mais celle-ci n’est pas venue, puisque l’ordre de rentrer aux stands lui a été intimé trop tard, quand il était dans la ligne droite, provoquant une réaction agacée de Leclerc : "Bien joué, super."

Ferrari a dû faire "un choix difficile"

Laurent Mekies, le directeur sportif de Ferrari, révèle que l’équipe a volontairement sacrifié une voiture en choisissant deux stratégies. Selon lui, la différence de cinq places entre Sainz et Leclerc, cinquième et dixième des qualifs, montre que la décision était la bonne.

Au-delà du fait que la cinquième place ait de quoi décevoir une équipe comme Ferrari, le fait d’avoir donné la stratégie la plus risquée au pilote le mieux placé n’est pas un problème abordé par le Français.

"C’est un peu frustrant parce que nous avons mis les deux voitures en Q3, et ensuite nous avons été confrontés à un choix difficile" explique Mekies. "D’un côté, il y avait la piste qui était encore sèche."

"Et il y a une règle d’or qui dit que vous devriez aller sur la piste tant qu’elle est sèche. D’autre part, nous attendions de fortes pluies imminentes. Donc, au bout du compte, nous avons séparé les stratégies de nos voitures."

"Vous savez toujours, à ce moment précis où vos voitures sortent que, selon le timing exact de la pluie, il y aura un homme heureux et un homme malheureux. C’est exactement ce qui s’est passé.

"La pluie est arrivée probablement une ou deux minutes trop tard pour Charles, et c’était probablement le bon moment pour Carlos qui était deuxième sur la piste. C’est comme ça que ça se passe : cinquième et dixième. C’est le début d’un long week-end."

Mekies promet que Ferrari en tirera des leçons

Les stratégies de Ferrari ont été très critiquées cette année, ayant coûté plusieurs victoires à Leclerc. Le Monégasque a toujours eu une approche constructive, refusant de critiquer son team en public, mais on peut légitimement se demander combien de temps il gardera son sang-froid.

Mekies promet en tout cas que la Scuderia fera tout pour tirer les leçons de cette nouvelle erreur. Le Français explique que Ferrari va tout analyser pour comprendre quelle décision aurait pu améliorer le résultat d’ensemble du team.

"Nous avons eu beaucoup, beaucoup de bonnes qualifications cette année, y compris dans des conditions très délicates comme aujourd’hui. Mais dans ce genre de situation difficile, il y a toujours beaucoup à apprendre sur les bonnes décisions à prendre et sur les moins bonnes."

"C’est certainement quelque chose que nous avons pris en compte, avec de bonnes habitudes, d’analyser en détail avec les équipes et les pilotes et de se rassembler pour regarder avec du recul. Nous allons utiliser cette journée pour faire d’autres progrès ensemble."

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos