Formule 1

Calderón et Correa ont réussi leur test sur une Sauber de 2013

Un test très positif, qui a priorisé le travail sur les réglages

Recherche

Par A. Combralier

27 août 2019 - 15:28
Calderón et Correa ont réussi leur (...)

Dans le cadre de son programme de développement de pilotes, Alfa Romeo a donné du temps de piste, vendredi et samedi dernier, au Paul Ricard, à Tatiana Calderón (pilote d’essais) et Juan Manuel Correa (pilote de développement). Le test a été effectué sur une Sauber C32 datant de 2013, puisque la réglementation actuelle interdit les essais privés avec des monoplaces contemporaines, hors périodes dédiées (essais de Barcelone notamment).

Le vendredi, la Colombienne, qui est en grande difficulté en F2 cette année, a mené un programme « ambitieux » selon Alfa Romeo. Elle se serait « peu à peu de plus en plus habituée aux exigences de la voiture » et aurait exploré différents réglages. L’après-midi, Calderón a effectué quelques relais de qualifications, avant de finir la journée avec un relais de 16 tours en médiums.

« Je suis très heureuse du déroulement de cette journée » a confié la pilote après son expérience. « L’équipe a fait un travail incroyable pour m’aider à bien régler la voiture, et je me suis sentie de plus en plus à l’aise après chaque relais. Merci à Alfa Romeo Racing pour cette opportunité. J’espère qu’il y a plus à venir. »

Juan Manuel Correa, le pilote de développement, a lui roulé le samedi – c’était la première fois qu’il pilotait une F1. Correa a pu effectuer 62 tours, en s’appuyant sur le travail effectué la veille. Il a développé son retour d’expérience avec les ingénieurs, a effectué un relais de qualifications et un relais de course, lors duquel il aurait montré une « bonne constance. »

« Je suis vraiment heureux du travail réalisé » confiait-il après cette journée marquante pour lui. « Je me suis senti comme un gosse dans un magasin de bonbons, j’ai apprécié chaque tour. J’ai été impressionné par l’attitude très professionnelle de l’équipe, qui m’a aidé à tirer le maximum de la voiture tout le long. La voiture était incroyable : la vitesse de pointe n’est pas très différente de la F2, mais la puissance des freinages, la vitesse de passage en virages… il faut s’accrocher ! Je veux remercier Alfa Romeo Racing pour cette expérience ; mon sourire va rester toute la journée. »

Xevi Pujolar, ingénieur de piste en chef chez Alfa Romeo, évoque un « test très positif à la fois pour nos pilotes et pour l’équipe. »

« Le but, pour eux, était de s’habituer à la voiture, d’en apprendre plus sur les différentes options de réglages. Nous voulions voir des progrès, c’est exactement ce que nous avons vu. Ils ont dû montrer à la fois de la vitesse en relais de qualifications, et la constance en longs relais. Et nos pilotes ont été très performants. Donc dans l’ensemble, ce fut une vraie bonne performance. »

Alfa Romeo Racing

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less