Formule 1

Binotto demande ‘plus de clarté et de transparence’ à la FIA sur l’affaire Racing Point

Wolff pense que les clarifications données suffisent

Recherche

Par Alexandre C.

15 août 2020 - 08:01
Binotto demande ‘plus de clarté et (...)

Si Mercedes a bien transmis des conduits de frein 2019 à Racing Point le 6 janvier 2020, soit donc six jours après que ces pièces soient passées listées, la FIA, dans son jugement de l’affaire, a estimé que l’équipe allemande n’avait rien fait de mal : car aucune nouvelle information n’avait été transmise.

Renault a pourtant demandé à la FIA de faire la clarté sur le rôle joué par Mercedes, sous-entendant qu’il fallait examiner aussi le copié, et pas seulement le copieur…

Toto Wolff n’est-il pas inquiet de voir certains doigts se pointer vers son équipe ? Le patron reste calme et compréhensif…

« Je ne pense pas que ce soit lié au fait d’être un leader. Je pense que la Formule 1 a toujours été une compétition sur la piste et aussi en dehors de la piste, et de même que nous nous affrontons le dimanche ou le samedi, nous jouons aussi un jeu politique, qui est important et cela a toujours été le cas. »

« Je pense que l’affaire Racing Point est une opportunité pour vos concurrents directs de nous pousser durement. Nous avons une position claire sur la situation de Racing Point et, à cet égard, cela ne nous dérange pas vraiment et ne devrait pas nous déranger parce que la FIA a apporté cette clarification - et les petites choses qui se produisent autour de cela sont quelque chose d’acceptable. »

Sur le fond de l’affaire et notamment sur le rôle joué par son rival de chez Mercedes, Mattia Binotto, du côté de Ferrari, veut rester très prudent, et élargir le débat aux copies de F1.

« Honnêtement, je ne pense pas avoir la réponse et je ne pense pas que ce soit à moi de juger. La raison pour laquelle nous avons confirmé notre appel... Je pense que c’est parce que nous devons au moins rechercher de la clarification et de la transparence. En fin de compte la décision de la Cour d’appel internationale pourra ouvrir une discussion plus large et plus approfondie sur le concept de copie carbone de voitures, ce qui pour nous est important, et c’est important aussi pour l’avenir de la Formule 1, parce qu’à la fin il s’agit de discuter de la propriété intellectuelle. »

« Et je pense que la propriété intellectuelle est un actif important ou très important d’une entreprise. Si quelqu’un copiait d’une manière ou d’une autre une voiture presque identique à celle d’un concurrent de l’année précédente, je pense que l’ensemble des règlements devrait en quelque sorte protéger le compétiteur en lui-même et c’est pourquoi je pense qu’en ce moment, il est important d’aller simplement de l’avant et de comprendre. La clarté, la transparence sont importantes pour l’équité de la compétition et pour la Formule 1 de demain. »

A l’image de Renault, et contrairement à McLaren et Williams, Mattia Binotto estime que la FIA n’a pas apporté de clarifications assez décisives sur ce sujet épineux.

« Je pense que des clarifications supplémentaires sont nécessaires. C’est ce que nous recherchons vraiment et comme je l’ai dit précédemment, c’est une question d’équité sportive, c’est une question de protection de la propriété intellectuelle pour l’avenir. Si je regarde le passé, je ne me souviens pas d’une seule fois où une équipe a copié précisément ou très précisément une voiture entière et au moins cela depuis que nous avons obtenu cet ensemble de règlements, depuis 2009.

« Et donc je pense que des clarifications sont nécessaires parce que je ne pense pas que ce soit bon pour le sport mais encore une fois, ce n’est pas à moi de juger et c’est pourquoi je pense que la Cour d’appel internationale sera importante à cet égard. »

Mattia Binotto anticipe donc déjà une affaire traînant jusqu’en dernière instance…

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less