Ben Sulayem ’ne doute pas’ que la F1 veuille accueillir Cadillac

Le président de la FIA tente-t-il de mettre la pression ?

Recherche

Par Emmanuel Touzot

10 janvier 2023 - 08:28
Ben Sulayem 'ne doute pas' (...)

La FIA a confirmé qu’elle ne prendrait aucune décision quant à l’engagement d’Andretti Global et Cadillac sans effectuer un processus complet de recrutement, comme cela se fait en F1 depuis de nombreuses années.

"La FIA n’a fait aucune indication ni aucun commentaire sur le succès potentiel ou non des organisations qui expriment leur intérêt à entrer dans le championnat" a déclaré un porte-parole ce lundi, expliquant que la fédération suivrait "un protocole strict qui prendrait plusieurs mois."

Le président de la fédération, Mohammed Ben Sulayem, reste toujours persuadé que l’arrivée d’une nouvelle équipe apporterait davantage de solidité à la F1. Il en a dit plus lors d’un déplacement sur le Dakar hier.

"Il y a deux côtés de la durabilité, il y a la durabilité de l’environnement et la durabilité du sport. Si vous voulez soutenir le sport, vous devez l’ouvrir au reste des constructeurs."

"Nous sommes autorisés à avoir 13 équipes. Une grande entreprise comme General Motors, l’un des cinq premiers constructeurs automobiles mondiaux, devrait être encouragée à venir en F1. C’est ainsi que j’aimerais voir l’avenir, avec une durabilité. De l’autre côté, il y a l’équipe Andretti, mais il faut faire preuve de diligence raisonnable et suivre un processus."

"Nous attendrons. En tant que président de la FIA, je n’ai pas dit oui. Nous avons ouvert le processus, pour les laisser voir, mais vont-ils réussir ? Est-ce qu’ils vont cocher les cases ? Seront-ils capables de venir ? Nous ne pouvons tout simplement pas nous fier à ce qui s’est passé auparavant."

Ben Sulayem se veut confiant quant à la volonté de la F1 face à Andretti. Tactique pour leur mettre la pression ou vraie intuition ? Difficile à dire : "Il y a un processus à faire d’abord. La gouvernance est là. Nous voulons qu’ils réussissent, et je ne doute pas que la FOM et Liberty le souhaitent également."

Une décision positive pour "l’avenir"

Le président réitère son argument de la puissance de Cadillac et General Motors. Selon lui, des structures imposantes ne peuvent apporter que de bonnes choses à la catégorie reine du sport automobile.

"Nous devons nous tourner vers l’avenir, et un constructeur va vraiment pousser le sport plus loin. Chaque partenaire ou partie prenante devrait accueillir un constructeur, en particulier en Amérique, où nous avons trois courses."

"Je suis prêt à accueillir n’importe qui, mais des équipes appropriées. Nous avons accepté de bonnes mais plus petites équipes, comme Haas et Sauber, et j’espère que cela va changer, et que nous pourrons avoir une vraie équipe."

Déjà opposé aux équipes sur le dossier de la 11e équipe, Mohammed Ben Sulayem ne va surement pas rallier la grille autour de lui avec de telles formulations. Si l’on comprend bien qu’il oppose ici grandes et petites équipes, opposer Haas et Sauber à de "vraies équipes" ne va surement pas faire plaisir aux concernées.

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos