Formule 1

Après la polémique, Hakkinen conseille à la FIA de nommer des commissaires permanents

Pour le bien de la réputation du sport

Recherche

Par A. Combralier

13 juin 2019 - 18:26
Après la polémique, Hakkinen conseille à

Comme bien d’autres observateurs du monde de la F1, Mika Hakkinen a très peu goûté la pénalité de cinq secondes infligée par les commissaires à Sebastian Vettel, lors du dernier Grand Prix du Canada, sanction qui a finalement donné la victoire à la Mercedes de Lewis Hamilton.

Le double champion du monde est venu à la rescousse du pilote Ferrari, et a fait part de son agacement suite à une décision qu’il juge mauvaise pour la réputation du sport.

« Ce qui est certain, c’est que j’aurais fait exactement la même chose que Sebastian Vettel. Comme tout autre pilote de course. Quand quelque chose se passe mal, notre instinct est de tenter une manœuvre immédiate pour revenir sur la trajectoire, et de garder votre poursuivant derrière. »

« Il est important de considérer le fait que Lewis Hamilton pouvait voir ce qui arrivait devant lui, et qu’il avait le temps pour s’y préparer. Quand vous voyez une voiture partir au large devant vous, vous estimez rapidement si ce pilote rejoindra la piste ou non, et si vous pourrez essayer de dépasser ou non. »

« Lewis savait qu’il devrait ou dépasser, ou freiner pour éviter une collision – il n’y avait pas d’autre choix. »

« La pénalité donnée à Sebastian Vettel a ruiné la course. Les deux voitures ne se sont pas touchées, il n’y a pas eu de collision. Sebastian Vettel et Lewis Hamilton ont fait ce qu’ils devaient faire, en se laissant juste assez de place, et ont ensuite continué à courir. »

« Les commissaires avaient une décision difficile à prendre. Et les règles sont claires. Soit Sebastian Vettel n’avait plus le contrôle de la voiture quand il a rejoint la piste, et il l’avait donc rejointe de manière peu sûre ; soit il avait le contrôle de la voiture, et il avait donc bloqué Lewis Hamilton. Dans ces deux options, les commissaires devaient appliquer une pénalité. »

« Quand je considère ma carrière en F1, je pense que Michael Schumacher et moi avaient plus de liberté pour courir. Avec les règles d’aujourd’hui, nous aurions récolté bien plus de pénalités de cinq secondes, ou pire ! »

« Cependant, je pense vraiment que les pilotes, les équipes, la FIA et la F1 elle-même, doivent travailler pour trouver comment laisser les pilotes courir, en reconnaissant que parfois, il faut être réaliste et penser à la réputation du sport. »

« Personne n’était heureux dimanche dernier. La pénalité a mis fin à la bataille pour la tête de la course, et a pénalisé toute personne qui regarde la F1. »

Comment faire en sorte de laisser les pilotes davantage se battre en piste ? Mika Hakkinen a une piste clef en main à proposer à la FIA : nommer des commissaires permanents, se rendant sur chaque Grand Prix – à l’heure actuelle, il existe une forte rotation des effectifs, ce qui nuit à la constance et ainsi à la lisibilité des pénalités.

« Il est peut-être temps pour la F1 de considérer la possibilité de nommer trois commissaires permanents, peut-être avec un pilote qui serait un 4e commissaire, qui rendrait des avis consultatifs. Je ne questionne pas les capacités des commissaires de Montréal, mais le sport pourrait progresser si les mêmes personnes se rendaient sur chaque Grand Prix. »

Ferrari a annoncé son intention de faire appel de la décision des commissaires, sans grande perspective de réussite, conclut Mika Hakkinen.

« La plupart d’entre nous s’attendent à ce que Mercedes garde la victoire. Cela signifie qu’après un tiers de la saison, chaque course aura été remportée par Mercedes, avec une voiture qui semble partout rapide, et un line-up très équilibré et constant. »

« Un nouveau vainqueur finira par émerger à un moment donné cette année, mais la pénalité de Montréal a retardé ce moment pour aujourd’hui. Je pense que toute la F1 s’inquiète de cette attente… »

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less