Formule 1

Smedley : c’est Pat Symonds qui l’a attiré chez Williams

Rob Smedley a encore besoin et envie d’apprendre

Recherche

Par D. Thys

31 août 2014 - 17:15
Smedley : c’est Pat Symonds qui l’a (...)

Rob Smedley a suivi son ami Felipe Massa chez Williams et c’était un risque pour l’ingénieur anglais, car l’équipe de Frank Williams n’avait pas particulièrement brillé l’année passée, c’est le moins qu’on puisse dire !

Mais aujourd’hui, Rob Smedley se félicite d’avoir pris ce risque. “Cela s’est mieux passé que ce à quoi je m’attendais. Si on regarde quelle était la situation de Williams l’année passée, on ne pouvait pas s’attendre qu’elle aurait eu autant de points et de podiums à ce stade de la saison. Nous sommes à la quatrième place du championnat des constructeurs et nous nous battons avec Ferrari pour la troisième. Je pense que personne ne pouvait prévoir cela.”

Comment explique-t-il sa décision de quitter Ferrari pour partir chez Williams ? “Je voyais ça comme un challenge personnel, car je me disais que si ça marchait, on allait en parler et que ce serait génial. Il y a un tas de gens très optimistes en F1, ils disent tous qu’ils vont redresser une situation difficile, qu’ils vont faire ceci et cela. Mais pour faire tout cela, ils disent aussi qu’il faut plus de ressources, un certain nombre de personnes et des talents.”

“Je crois que la première fois que j’ai pensé à rejoindre Williams, c’était au début de l’année passée. J’ai examiné les talents qu’ils avaient et leurs ressources et je me suis dit qu’ils avaient ce qu’il fallait. Ensuite Pat (Symonds) est arrivé et pour tout vous dire, c’est lui qui m’a convaincu. Aller chez Williams pour travailler avec quelqu’un comme Pat était quelque chose qui me tentait beaucoup. Je suis arrivé à un stade de ma carrière où j’ai besoin de quelqu’un qui a des choses à m’apprendre. Je n’ai pas seulement besoin d’apprendre des choses utiles aux ingénieurs, mais aussi le management et trouver quelqu’un qui a plusieurs dizaines d’années d’expérience de la F1, ce n’est pas facile à trouver,” ajoute Rob Smedley.

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less