Motorsport

Interview exclusive de Richie Stanaway

Le Néo-Zélandais court aussi en endurance

Recherche

Par Camille Komaël

20 mai 2015 - 22:04
Interview exclusive de Richie (...)

La F1 n’a plus connu de pilote Néo-Zélandais depuis Mike Thackwell en 1984, mais le GP2 en a deux dans son plateau de 26 pilotes cette année. Si Mitch Evans est le plus connu du grand public, son aîné de 3 ans Richie Stanaway a quant à lui accumulé une belle expérience : du GP3 à la Formule Renault 3.5 en passant par le championnat du monde d’endurance avec Aston Martin, le natif de Tauranga effectue à présent ses débuts en GP2 avec Status. Le week-end dernier, il roulait en endurance avec Aston Martin au Nürburgring, où il a été contraint à l’abandon sur problème mécanique. NextGen-Auto l’a croisé à Monaco, où il espère que la chance va tourner ce week-end…

Tu n’as jamais couru ici en GP2, mais tu connais déjà le circuit…

Oui, la dernière fois que j’ai piloté ici, c’était il y a deux ans en Porsche Supercup, et l’année d’avant ça, j’avais déjà roulé ici en Formule Renault 3.5. C’est une des meilleures pistes du monde, et c’est toujours un honneur de piloter ici.

A Barcelone, tu as inscris tes premiers points, mais aussi les premiers points de Status en GP2, c’est une belle performance.

Tout est encore très nouveau pour moi et pour l’équipe, donc c’est difficile de s’accrocher au peloton devant, mais on travaille dur et on espère pouvoir se battre avec eux plus souvent.

Tu débutes dans la catégorie, tout comme ton coéquipier [Marlon Stockinger, NDLR], mais aussi ton équipe ! Ce n’est pas trop difficile à gérer, face à tous ces pilotes expérimentés, et ces équipes qui sont là depuis longtemps ?

Oui, c’est sûr, on a un gros écart de performance et d’expérience à combler, donc c’est pas facile.

En revanche, tu as plus d’expérience en endurance, puisque tu cours avec Aston Martin depuis trois ans.

Oui, j’aime vraiment le championnat du monde d’endurance, parce qu’il y a beaucoup de constructeurs impliqués, et le championnat est très relevé. C’est une belle catégorie et j’adore y courir.

Avec cet emploi du temps très chargé, est-ce que tu trouves un peu le temps de retourner en Nouvelle-Zélande pour profiter de ton temps libre ?

Non, pas pendant la saison. Normalement, je retourne là-bas pendant l’hiver, pour voir mes amis. Je n’y vais donc qu’une fois par an.

F2

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less