Motorsport

Interview exclusive avec Rio Haryanto

Le pilote Campos réalise un très beau début de saison

Recherche

Par Camille Komaël

20 mai 2015 - 21:02
Interview exclusive avec Rio Haryanto

L’unique pilote indonésien du plateau de GP2, Rio Haryanto, effectue sa quatrième saison complète de GP2, et avec quatre arrivées dans les points – dont deux podiums à Bahreïn – il n’avait jamais aussi bien débuté une saison. Nous avons pu le rencontrer dans le paddock de Monaco, là où il avait terminé deuxième de la course sprint l’an passé.

Après quatre premières courses très solides, tu es deuxième au championnat, mais Stoffel Vandoorne est loin devant. Penses-tu pouvoir le rattraper ?

Ca va être dur, il a déjà pris tellement d’avance… L’objectif pour nous est de finir le plus haut possible au championnat, de continuer comme on a commencé. Et on verra bien où ça nous mènera.

Tu as obtenu autant de podiums en un seul week-end que lors des trois années précédentes cumulées, ce doit être bon pour le moral.

Oui, ça fait du bien. Je crois que les trois années d’avant ont été très utiles et me servent aujourd’hui. Maintenant, je me sens plus à l’aise.

Tu sens donc que l’expérience accumulée est en train de payer ?

Oh oui, vraiment ! Je le ressens beaucoup dans la voiture, c’est bien plus facile. Je connais les pneus, leur comportement, les circuits… Je suis habitué à tout ça et ça rend les choses plus simples cette année.

L’an dernier, tu as terminé sur le podium ici, ça doit te mettre en confiance pour les courses de ce week-end.

Oui, c’est sûr. Et à Monaco, la confiance joue beaucoup, donc c’est bien de partir avec l’avantage d’avoir réalisé une belle performance l’année précédente. J’espère faire aussi bien cette année.

Après un an chez Caterham, tu es de retour dans l’équipe d’Adrian Campos cette année [l’équipe s’appelait alors Addax en 2013, NDLR]. Est-ce que tu en retires un avantage ?

La direction est différente, mais le reste de l’équipe est la même. Les mécaniciens et ingénieurs sont les mêmes que ceux avec qui j’ai travaillé il y a deux ans. On a appris des erreurs qu’on a pu faire à l’époque, on a rectifié le tir, et tout est bien mieux maintenant. C’est vraiment un avantage de déjà connaître l’équipe, tout est plus simple.

F2

expand_less