Webber se rappelle des premières tensions avec Vettel

Bien avant l’accrochage du Grand Prix de Turquie

Recherche

Par Emmanuel Touzot

6 janvier 2023 - 10:15
Webber se rappelle des premières (...)

Mark Webber se souvient du moment où lui et Sebastian Vettel ont commencé à connaître des tensions. C’était en réalité bien avant leur accrochage en Turquie en 2010, mais l’année d’avant, lors du Grand Prix d’Allemagne.

"C’est facile d’être coéquipiers quand vous construisez un scénario, cinquième et sixième, peu importe. Mais quand vous commencez à aller chercher des victoires, et que vous commencez à jouer un championnat prendre vie, alors il y a un peu plus de tension, sur les ingénieurs, sur les pilotes" a déclaré Webber.

"Nous recherchons le dernier demi dixième, vous voulez vous assurer que vous pouvez essayer d’avoir. C’est un autre rival en fait. Il y a eu une course avant que nous ayons l’incident en Turquie l’année précédente, en 2009, il y avait une stratégie où Sebastian n’était pas satisfait de ma stratégie et j’ai gagné la course."

Mais cela n’a pas été la seule fois où les deux hommes se sont affrontés avec des tensions : "Ensuite, ça a continué, un peu de friction ici et là. Bien sûr, ensuite nous avons eu des contacts et dans l’ensemble, c’était une saison difficile qui s’est terminée à Abu Dhabi. Il y avait une énorme pression sur l’équipe, c’était la première fois pour eux d’être dans ce scénario."

"Pour nous, nous nous sommes poussés aux limites. Mais j’ai été l’un des premiers à le féliciter lorsqu’il a remporté le titre en 2010. Je suis allé dans sa chambre et je l’ai félicité. Bien sûr, ça m’a fait mal, j’étais vide. C’était dur mais, au final, il a fait de moi un meilleur pilote car il m’a forcé à être meilleur."

Il pouvait battre Vettel "dans un bon jour"

L’Australien se souvient d’avoir lutté contre Vettel et d’avoir été heureux de se mesurer à lui, mais se rappelle d’un équipier difficile à battre : "En 2009, Seb était très fort et en 2010, mais ce n’était pas quelque chose que je ne pensais pas être jouable."

"Je pouvais le battre dans un bon jour, je pouvais encore avoir une chance de rivaliser avec lui de manière très, très égale. Les maux de tête et les gros problèmes pour moi sont apparus à l’arrivée de Pirelli."

"Il avait le premier titre mondial, la confiance était grande. Je n’étais vraiment nulle part en 2011, je n’étais pas assez bon pour m’adapter à ce type de réglementation. J’avais le même âge que lui maintenant, vraiment vieux !"

"Donc il faut du temps pour changer les nouveaux trucs, donc c’est là que je me suis dit ’OK, maintenant j’ai un mal de tête’. Mais j’étais toujours dans une bonne équipe. J’avais des chances de victoires et Sebastian, sur certains circuits, était tout simplement inarrêtable."

Une retraite prise trop tôt...

Comme d’autres, Webber estime enfin que Vettel s’est peut-être arrêté un peu trop tôt en F1.

"Il a eu le bon timing, je pense, bien peut-être un peu tôt. Un an trop tôt. Je pense qu’il pilote toujours très, très bien. Je lui ai dit qu’il s’était arrêté un peu tôt et nous en avons un peu ri. Mais je suis ravi qu’il soit en un seul morceau, il a eu une belle carrière. Il était évidemment un mastodonte au début et, plus récemment il pouvait encore faire des trucs spéciaux."

"Il est quadruple champion du monde, ce qui ne doit jamais être sous-estimé et il nous manquera. Il a commencé à apporter beaucoup au sport ce qui n’aurait peut-être pas été le cas au début de sa carrière.

"Des résultats, oui, mais en tant que champion du monde, il a certainement fait beaucoup plus à la fin, ce qui était brillant. Je lui tire mon chapeau."

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos