Russell admet en avoir trop fait en fin de saison

F1, marketing, simulation, réunions... "c’était beaucoup trop"

Recherche

Par Franck Drui

31 décembre 2022 - 16:18
Russell admet en avoir trop fait en (...)

Le programme chargé de George Russell pour sa première année chez Mercedes F1 a été "un choc" pour lui, comme il le confiait récemment.

Avec 60 jours consacrés à des activités hors piste (simulation, marketing, réunions à l’usine), sans compter les entrainements physiques, le Britannique avouait être vidé après Abu Dhabi.

La fatigue était à son paroxysme à la fin de cette campagne de 22 courses lorsqu’il en a terminé avec le doublé Austin / Mexico, a assisté à l’événement de lancement du Grand Prix de Vegas, est retourné au Royaume-Uni pour un travail sur simulateur, puis s’est envolé pour le Grand Prix du Brésil où il remporterait sa première victoire en F1.

"Ouais, probablement c’était trop. Beaucoup trop pour être honnête," admet Russell.

"Je savais que ça allait être difficile à cet égard et quand je regarde le calendrier, la fin de saison est très exigeante quand vous êtes dans un top team en tout cas. Chez Williams, je n’avais pas tout ça, H24. Vous vivez Mercedes, vous dormez Mercedes, vous pensez Mercedes. Même cet hiver j’en suis certain."

"En fin de compte, je suis ici, en F1, je suis un pilote de course dans une grande équipe et c’est ce que je veux. Bien sûr, il y a probablement un meilleur équilibre à trouver mais nous ne pouvons pas courir sans nos sponsors, ils sont une des principales raisons pour lesquelles l’équipe a tant de succès, nous ne pouvons pas bien courir sans simulateur, sans réunions, sans entrainement..."

"Donc, comme je l’ai dit, vous avez juste besoin de trouver ce bon équilibre et vous apprenez avec l’expérience que vous ne voudrez peut-être pas assister à des événements avant cette course là parce que cette course a été plus fatigante qu’ailleurs."

"Avoir des événements, s’assurer qu’ils sont aussi pratiques que possible sur le plan logistique, afin qu’ils ne vous épuisent pas autant, c’est important. Vous savez, ces 15 derniers tours au Brésil, la pression, l’intensité de la course, c’était mentalement et fatigant physiquement avec toutes ces journées derrière moi depuis Austin."

"Vous respirez très fort - j’aimerais savoir quel était mon rythme cardiaque moyen, mais je suis sûr qu’il était bien supérieur à 180 pendant ces 15/20 dernières minutes, juste sans arrêt, c’est comme si vous sprintiez."

"Donc, il y a des moments comme ça où vous souhaiteriez en faire un peu plus au gymnase et être un peu plus en forme que du marketing. Mais peu importe à quel point vous êtes en forme, ce sera toujours difficile. C’est la F1."

Mercedes F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos