Formule 1

Points en moins, exclusion pure et simple : les équipes risquent très gros avec les budgets plafonnés

En cas de non-respect, la FIA tranchera

Recherche

Par A. Combralier

31 octobre 2019 - 18:25
Points en moins, exclusion pure et (...)

Comme en NFL, en NHL ou en NBA, la F1 sera dotée, à partir de 2021, de budgets plafonnés, dont le montant sera de 175 millions de dollars. Le but est bien sûr de rapprocher les performances entre écuries de pointe et écuries de milieu de grille.

Le règlement 2021, y compris le volet concernant les budgets plafonnés, a été validé par les écuries, comme la FIA et la FOM s’en sont félicitées. Les instances du sport ont profité de cette occasion pour dévoiler les détails du fonctionnement de ce mécanisme révolutionnaire pour la F1.

Le montant des budgets plafonnés a tout d’abord fait l’objet de multiples consultations, et a pris en compte le fait que le calendrier 2021 comptera 21 Grands Prix, soit un de moins que l’an prochain. Si le calendrier venait, comme cela est très probable, à accueillir de nouvelles courses à l’avenir, le plafond budgétaire augmenterait d’un million de dollars pour chaque course – et serait réduit du même montant si le calendrier venait à s’amenuiser.

Comme annoncé, les budgets plafonnés ne comprennent que les dépenses liées à la performance directe de la voiture. Les budgets marketing, les salaires des pilotes et des trois dirigeants les mieux payés dans chaque équipe, seront exclus de ce plafond.

Les programmes de démonstration de F1 historiques, comme le programme « Heritage de Williams », ne rentreront pas non plus dans ce budget. Les montants des taxes et impôts sur les sociétés et de toutes les activités hors-F1 seront aussi décomptés, de même que les coûts liés à l’achat de terrains immobiliers (pour construire une nouvelle usine), aux bonus des employés et aux droits d’entrée pour participer au championnat en F1.

Ne compteront pas, de même, les coûts pour l’achat d’une unité de puissance (15 millions de dollars) et les frais logistiques (transports et hébergement) pour se rendre de Grand Prix en Grand Prix.

Il s’agira, tout de même, de surveiller la bonne application de ces budgets plafonnés. C’est pour cela qu’une administration dédiée sera créée par la FIA. Le cabinet Deloitte a été missionné pour aider la F1 dans cette tâche. Comme prévu, l’année 2020 sera une année de test à blanc.

A partir de 2021, les choses se corseront. Les équipes devront, fin juin, soumettre des comptes provisoires résumant leurs dépenses (au sein des budgets plafonnés) pour la période entre janvier et avril. A la fin de mars de l’année n+1, les équipes devront dévoiler leurs comptes pour l’ensemble de la saison.

Quelles pénalités seront appliquées pour les équipes qui enfreindront ce plafond ? La FIA, pour des raisons évidentes, ne les a pas dévoilées en détail.

Il y aura trois types d’infractions. Une infraction sera considérée comme procédurale, si les délais de soumission des comptes ne sont pas tenus.

Si une équipe dépasse de 5 % ou moins les budgets plafonnés, l’infraction sera considérée comme mineure. Au-delà, l’infraction sera considérée comme « substantielle. »

Trois types de sanction seront possibles. Une sanction financière tout d’abord – dont le montant sera déterminée « au cas par cas. »

Une sanction sportive, qui pourrait amener à un retrait de points aux deux championnats, à un bannissement pour plusieurs courses, à une limitation des essais en piste ou via la CFD, ou une réduction supplémentaire du plafond budgétaire.

La troisième sanction possible sera de type sportive également, et sera réservée aux cas les plus graves. Elle consistera, ni plus ni moins, en une exclusion du championnat du monde (en plus des autres sanctions).

On le voit, la FIA et la FOM ont voulu que les sanctions soient les plus dissuasives possibles, pour que les budgets plafonnés ne soient pas un coup d’épée dans l’eau.

FOM (Liberty Media)

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less