Formule 1

L’incident entre Vettel et Hamilton continue de diviser les observateurs

La pénalité reste globalement incomprise

Recherche

Par Emmanuel Touzot

11 juin 2019 - 11:31
L'incident entre Vettel et Hamilton (...)

L’incident entre Sebastian Vettel et Lewis Hamilton durant le Grand Prix du Canada, pour lequel l’Allemand a été pénalisé, continue d’agiter et d’animer les débats. Nico Rosberg, ancien équipier de Hamilton, attaque Vettel et juge qu’il n’avait pas à inverser les panneaux dans le parc fermé, ni à montrer son mécontentement.

"Il pense toujours qu’il est dans son droit et blâme tout le monde" lance un Rosberg visiblement revanchard. "Après la course, toute sa gestuelle et les commentaires irrespectueux, ce n’était pas nécessaire."

De son côté, Daniel Ricciardo juge que d’autres situations similaires n’ont pas été punies, comme celle qu’il avait eue avec Hamilton à Monaco en 2016 : "J’ai eu une situation identique avec Lewis en 2016 à Monaco. A mon sens, c’était plus dangereux qu’au Canada mais il n’a pas eu de pénalité. Dans tous les cas, je pense que c’était normal, juste un dur combat."

Pour Daniil Kvyat, il aurait fallu que l’action se répète pour que cela nécessite une pénalité : "S’il l’avait fait 5 fois de suite ou quelque chose du genre, oui, peut être mettre une pénalité. Je pense que la punition était trop dure", a-t-il déclaré, avant de sous-entendre l’inconstance du collège de commissaires.

"A chaque fois que je vais voir les commissaires, je ne sais pas à quoi m’attendre. Ils ont un boulot difficile, et ce n’est pas simple pour eux. Mais nous savons que le problème est un manque de constance dans la prise de décisions."

Jacques Villeneuve, de son côté, garde la même opinion que pendant la course et pense que la pénalité était injustifiée : "Elle est embarrassante pour la Formule 1. C’était une erreur de pilotage et Lewis aurait facilement pu ralentir. Ce n’était pas un pilotage sale, vous ne pouvez pas toujours dire ’je t’en prie, passe’. Ce n’est pas le Monopoly."

L’ancien champion du monde de MotoGP, Casey Stoner, a jugé que cette décision était "la pire décision" de l’histoire de la F1 : "Il y a des moments comme celui-ci où Charlie Whiting nous manque".

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less