Formule 1

Horner et Abiteboul s’écharpent sur les pénalités moteur

Abiteboul trouve ‘incroyable’ que Verstappen souhaite aujourd’hui des pénalités

Recherche

Par A. Combralier

27 avril 2019 - 08:53
Horner et Abiteboul s'écharpent sur (...)

Les tensions entre Cyril Abiteboul et Christian Horner, quand Red Bull était encore motorisée par Renault l’an dernier, sont l’une des principales attractions du documentaire de Netflix sur la F1.

Dans un entretien récent, Adrian Newey, l’ingénieur-star de Red Bull, a fait une confession assez éclairante : il avouait que Christian Horner avait tout intérêt à mettre la pression sur Renault et à critiquer le motoriste français, afin de forcer Renault soit à investir davantage dans son programme, soit à quitter le sport.

« Je pense qu’Adrian faisait en fait référence à la situation de 2015 » a réagi Christian Horner, le directeur de Red Bull, en conférence de presse à Bakou. « Nous étions alors à Paris, nous avions vu Carlos Ghosn, et nous lui avions présenté nos inquiétudes. En 2015, lorsque le moteur était sans doute pire qu’en 2014, la frustration avait débordé de notre côté et nous nous disions ‘OK, si nous sommes plus ouverts et transparents sur nos frustrations, peut-être que nous forcerons Renault à réagir’. Et ce ne fut pas le cas ! »

« Donc vous essayez, dans ce cas, d’activer toute option possible pour essayer de générer plus de compétitivité. Et à cette époque, il semblait que Renault ne pourrait peut-être pas se permettre de rester aussi peu compétitif avec ces moteurs, sans être fiable, sans être performant… Mais malheureusement, ce que nous avons tenté n’a pas fonctionné. »

Cyril Abiteboul, présent aux côtés de son grand ami Christian Horner en conférence de presse, a tout d’abord rappelé qu’il n’avait pris ses fonctions qu’en septembre 2014 chez Renault F1.

« Comment réagir ? » a-t-il ensuite poursuivi. « C’était très bon jusqu’à la fin : ‘ça n’a pas fonctionné’. »

Cyril Abiteboul a ensuite attaqué Red Bull sur son soudain changement de discours quant aux pénalités moteurs…

« Une chose que nous pouvons reconnaître à Christian Horner et Red Bull, c’est qu’ils sont fantastiques en stratégie de communication, et la com’, cela fait partie de ce monde, de la F1, de votre stratégie. Ce n’est pas la première équipe à faire usage de toutes ces armes pour influencer le cours des choses. Je lisais, hier, que Max serait heureux d’écoper d’une pénalité moteur. Incroyable ! »

« Vous savez, cela fait partie de ce monde… Je rejoindrais Christian sur ce point, notre moteur n’était pas au niveau requis en 2014 ou 2015. Ce sont des circonstances atténuantes. Nous sommes extrêmement heureux que Renault ait contribué à faire ce qu’est Red Bull aujourd’hui – Red Bull a remporté quatre titres d’affilée – notamment du point de vue financier, avec tous ces sponsors aujourd’hui, du point de vue la technologie, du recrutement de tant de talents… Red Bull est ce qu’elle est aujourd’hui, grâce à Renault. Donc merci de me donner l’opportunité de le dire. »

« Mais oui, ensuite, nous avons un peu perdu d’élan et de vision au moment de faire ce qu’il convenait de faire pour s’adapter au règlement 2014. Le reste appartient à l’histoire et nous verrons ce que le futur nous réserve. »

Renault F1

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less