Formule 1

Gasly appelle la F1 à travailler pour réduire les projections d’eau

Un gros problème de visibilité constaté à Spa

Recherche

Par Alexandre C.

1er septembre 2021 - 09:04
Gasly appelle la F1 à travailler (...)

Si la course de Spa n’a pu se dérouler comme prévu dimanche dernier, c’est en premier lieu à cause du manque de visibilité terrible qui affectait tous les pilotes en piste (à l’exception peut-être du leader Max Verstappen), et qui a été constaté par les acteurs.

Sans parler du brouillard, les pilotes étaient aveuglés, surtout dans le peloton, par les sprays et autres jets d’eau qui annihilaient quasiment tout le champ de vision. Il faut dire que l’aérodynamisme des F1 modernes, collées au sol, ne facilite pas la vision générale ; et leurs poids conséquents, de même que leur vitesse, multiplient ces fameux jets d’eau.

Dans ces conditions, Michael Masi, le directeur de course de la FIA, n’avait d’autre choix que de ne pas lancer la course, pour ne pas prendre le risque de voir un pilote être « heurté en latéral » pour reprendre les mots de Pierre Gasly.

Et faisant référence au drame du Raidillon il y a deux ans, Pierre Gasly en a dit plus sur la réalité, sur la piste, de ce manque de visibilité.

« Le problème est que vous comptez toujours sur tous les gars devant vous pour rester sur la piste et aller à une vitesse similaire à la vôtre. Parce que si quelqu’un est arrêté et que vous arrivez à 200-250km/h, la visibilité est d’environ 30 mètres. »

« Une fois que tu vois la voiture à 200-250 km/h, il n’y a pas moyen de s’arrêter. On a vu assez de choses horribles sur cette piste. »

Pour le pilote AlphaTauri la situation de Spa a soulevé un véritable problème : ces F1 modernes dégagent bien trop de sprays. Comment améliorer la situation ? Peut-être avec le règlement 2022 ?

« Nous devrions nous efforcer de réduire les projections d’eau derrière les voitures, parce que c’est la réalité. Quand je regardais la voiture médicale, elle roulait évidemment à une vitesse beaucoup plus faible, mais les jets d’eau étaient beaucoup moins importants que ceux de nos voitures. »

« Je pense donc que c’est un domaine sur lequel la F1 devrait se concentrer pour les prochaines années, parce que si vous réduisez les embruns et que vous avez une meilleure visibilité, alors ok, les conditions sont très délicates, vous pouvez avoir de l’aquaplaning, vous pouvez beaucoup glisser, mais vous pouvez allez plus lentement. »

Sebastian Vettel a pointé du doigt une autre piste de travail, qui concerne Pirelli : il faudrait que le manufacturier développe des maxi-pluie encore plus adaptés à ces conditions. Faisant lui référence à la course du Mont Fuji en 2007 (avec la présence de Bridgestone), le pilote Aston Martin F1 adressait le week-end dernier un tacle glissé à Pirelli...

« Nous avons passé un long moment derrière la voiture de sécurité. Nous avions des pneus différents alors [à Fuji]. Vous voyez ce que je veux dire ? »

Et à l’image de Pierre Gasly, Sebastian Vettel décrivait ce qu’il voyait, ou plutôt ce qu’il ne voyait pas, de sa visière...

« Il y avait beaucoup plus d’eau stagnante. Le problème en course est que vous vous suivez les uns les autres. Donc vous ne pouvez pas commencer la course avec 15 secondes d’écart entre les voitures. »

« Personne ne veut que quelqu’un soit blessé, nous ne voulons pas être blessés dans la voiture, et nous ne voulons pas que les spectateurs soient blessés. C’est donc toujours la priorité numéro un. »

AlphaTauri

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less