FIA : Les pilotes de F1 veulent ’plus de cohérence’ mais ont ’confiance’ en l’instance

La direction de course a besoin de temps et d’expérience

Recherche

Par Paul Gombeaud

11 juin 2022 - 08:01
FIA : Les pilotes de F1 veulent (...)

Le visage de la direction de course de la FIA a fortement changé depuis l’année dernière, Michael Masi ayant été écarté au profit de Niels Wittich et d’Eduardo Freitas, qui opèrent désormais en alternance.

De son côté, le nouveau président Mohammed Ben Sulayem s’est engagé à faire tout son possible pour continuer d’améliorer la discipline, qui est de plus en plus populaire à travers le monde.

Mais il n’aura pas fallu longtemps pour que les première polémiques ne surgissent, et que les pilotes de F1 ne manifestent leur mécontentement face à certaines décisions.

L’insistance de Wittich quant à l’interdiction du port de bijoux a par exemple frustré les pilotes, notamment Lewis Hamilton qui estimait que le sport avait des sujets bien plus importants à aborder. Et nous pouvons également citer la colère des pilotes à Miami, alors qu’aucune barrière de TecPro n’avait été installée à la chicane malgré les crashs de Valtteri Bottas et d’Esteban Ocon, ou encore la confusion qui régnait à Monaco au sujet des Red Bull qui avaient franchi la ligne jaune.

Tous ces incidents, combinés à des pénalités que les pilotes ont jugé incohérentes à plusieurs reprises, font beaucoup parler dans le paddock de Bakou ce weekend.

Fernando Alonso, qui était très remonté à Miami après avoir reçu une pénalité qu’il estimait injustifiée, a pris la parole le premier en conférence de presse et affirmé qu’il faisait confiance à Mohammed Ben Sulayem pour faire le nécessaire et améliorer la situation générale.

"Je fais pleinement confiance au président de la FIA. C’est ma réponse."

"Mais il y a peut-être des décisions un peu dures qui sont prises en ce moment. Nous avons vu certaines choses qui n’étaient pas aussi cohérentes que nous l’aurions souhaité, ou qui ne correspondaient pas à ce que nous avions demandé. Oui, je pense qu’il est possible de mieux faire. Mais je fais confiance au président de la FIA. Il règlera ce qui doit l’être."

Charles Leclerc rejoint l’Espagnol et aimerait lui aussi "voir plus de cohérence, c’est ce qui doit être amélioré. Je ne sais pas si ce sera le cas, mais comme l’a dit Fernando, il est possible de faire mieux et nous le devons."

Lewis Hamilton estime qu’il "faut avoir confiance dans le fait qu’ils continueront à faire des progrès. Nous devons collaborer tous ensemble. Je pense que du bon travail a été effectué jusqu’ici."

"Nous essayons de travailler avec la FIA et Mohammed occupe un rôle très important, sa position n’est pas facile et nous devons lui laisser du temps. Il veut amener et changer beaucoup de choses."

Pour Sebastian Vettel, qui n’avait visiblement pas très envie de prendre la parole (il aurait dû répondre en premier mais ne le souhaitait pas, ou se contentait d’un "sans commentaire"), c’est "toujours difficile pour les pilotes de faire face à des décisions que nous comprenons et d’être d’accord avec d’autres que nous ne comprenons pas forcément, mais c’est aussi le lot de ce sport. Ce n’est pas toujours noir ou blanc. Mais nous pensons qu’il y a toujours des choses à apprendre et à améliorer."

Le pilote Mercedes F1 George Russell s’est montré un peu plus mesuré, estimant qu’il était encore "trop tôt pour juger" le travail de la nouvelle direction de course.

"Les deux nouveaux directeurs de course sont bien sûr nouveaux dans leur rôle, et il leur faut donc du temps pour se mettre en place."

"Nous avons disputé sept courses, cinq pour l’un (Wittich) et deux pour l’autre (Freitas). Je pense que nous devons garder un dialogue ouvert entre les pilotes, les directeurs de course et les directeurs d’écurie."

"Nous autres, les 20 pilotes, sommes les seuls à connaitre les ressentis en piste, nous devons améliorer la sécurité afin d’avoir de meilleures courses et ainsi de suite. Et nous avons besoin de cette relation ouverte afin de permettre au sport de progresser dans tous ses aspects. Je pense que cela demandera quelques courses supplémentaires. Mais j’espère que nous serons tous sur la même longueur d’onde très bientôt."

Nicholas Latifi rejoint son ancien coéquipier, jugeant qu’il faut "laisser du temps à cette nouvelle structure afin que tout le monde y soit bien en place, ensuite nous aurons peut-être davantage de cohérence. Mais il y a effectivement des aspects qui ont besoin d’être améliorés."

Pour sa part, Valtteri Bottas s’est permis une suggestion : "Avoir un seul directeur de course serait mieux que d’en avoir deux ou trois."

"C’est mon avis. En ayant la même personne lors de chaque course, nous pourrions discuter avec quelqu’un qui était présent lors des courses précédentes et qui serait au courant de nos retours et de nos opinions."

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos