Trulli : La F1 est devenue un loueur de voitures de luxe !

La Formule 1 ne manque pas vraiment à Trulli

Recherche

Par Olivier Ferret

10 février 2013 - 09:29
Trulli : La F1 est devenue un (...)

Jarno Trulli s’est fait discret depuis son départ de la F1 et de Caterham, lors des essais privés de l’année dernière. Remplacé juste avant le début de la saison par Vitaly Petrov et ses millions, l’Italien n’est pas en manque de F1.

"J’ai réalisé que Caterham ne faisait que reculer au lieu d’avancer et que l’équipe n’avait aucune chance pour le futur," explique-t-il au site Crash. "Étant donné que l’équipe ne me payait pas, je n’ai pas été déçu quand ils m’ont dit que je ne piloterai pas. Je venais de tester la voiture et elle n’était pas différente de celle de l’année d’avant."

"Continuer à piloter chez eux n’aurait pas changé grand chose, ni ma vie, ni ma carrière. Ce que les gens ne réalisent pas c’est que j’ai choisi de ne pas piloter, j’avais un contrat en place. J’ai laissé à l’équipe une chance de survie avec un pilote payant," ajoute Trulli.

L’Italien déplore que la F1 n’ait pas eu plus de considération pour ceux qui permettent d’avoir un beau plateau, les constructeurs. Plusieurs sont partis en l’espace de quelques années : BMW, Toyota, Honda et Renault (qui reste motoriste toutefois).

"La plus grosse erreur que la F1 ait faite en 15 ans était de ne pas écouter les constructeurs et les laisser dans leur coin. Certes avec eux il y avait souvent une meilleure équipe que les autres, qui dominait, mais il y avait toujours les ressources et l’espoir de renverser cela l’année suivante. Mais maintenant c’est impossible, il n’y a plus de constructeur à part Ferrari et Mercedes."

Tout cela a retourné la façon de penser de la F1. "Avant, avec les constructeurs, on mettait en avant les pilotes, on leur disait de nous suivre, qu’il y avait du potentiel. Aujourd’hui on lance d’abord la voiture et on pense aux pilotes après. 70% des équipes ont du mal financièrement. Elles doivent survivre d’une façon ou d’une autre avec les pilotes payants."

"Je suis triste pour les jeunes pilotes parce que souvent ils n’ont pas de sponsors et ont donc très, très peu de chances d’arriver en F1. C’est fou qu’un pilote doive apporter de l’argent pour courir. Avant un pilote arrivait grâce à son talent. Aujourd’hui la F1 est devenue une société de location de voitures de luxe !" conclut Trulli

Info Formule 1

Photos

Vidéos