Formule 1

Quatre points pour Haas grâce à Grosjean

Magnussen s’illustre encore par une inconscience

Recherche

Par Emmanuel Touzot

7 octobre 2018 - 09:44
Quatre points pour Haas grâce à (...)

Cinquième au départ, Romain Grosjean se montrait déçu à l’arrivée. Le Français révèle avoir eu un problème sur sa monoplace tout au long de la course. Pierre Gasly a dit à la radio que l’arrière de la Haas avait des flammes, et Grosjean pense qu’il y avait une casse sur l’arrière de sa voiture.

"Une bonne course, on a eu plein de soucis techniques avec la voiture, elle n’allait pas droit en ligne droite, un élément a dû casser, peut-être sur la suspension" se hasarde le pilote Haas, qui s’est énervé de voir Sergio Pérez le dépasser en fin de période de virtual safety car.

"Au restart de la safety car, je suis à trois dixièmes trop devant sur le delta, et lui est à 2,4 secondes derrière, donc il est en gros à 2,1 secondes. Mais dès que la course est relancée, il me passe, donc ce n’est pas normal, je savais que s’il était derrière, je pouvais le garder derrière."

"Mais une fois devant je n’ai rien pu faire surtout avec les pneus mediums trop froids et le problème technique. Honnêtement, au bout de 3 tours j’ai cru qu’on abandonnait. Je suis quand même content de garder Esteban [Ocon] derrière moi."

Il reconnaît un bilan frustrant pour cette course : "Renault marque finalement un point, nous on en marque pas autant qu’on le doit. Puis le côté frustrant, c’est que les mecs devant peuvent faire trois tête-à-queues, ils finissent tout le temps devant nous."

Dans l’autre Haas, Kevin Magnussen a vite abandonné après avoir été touché par Charles Leclerc, qu’il a tassé en pleine ligne droite en se décalant comme il le fait habituellement, au dernier moment à 300 km/h. Mais pour autant, le Danois joue la carte de la victime.

"Il m’a touché la roue arrière, j’ai eu une crevaison" lance-t-il. "Est-ce que je suis trop agressif ? Non. Je pense avoir été percuté par l’arrière, pas l’inverse, j’ai du mal à comprendre pourquoi ce serait ma faute. C’est facile de blâmer les autres mais au final, je n’ai pas été pénalisé. Et j’ai abandonné."

expand_less