Formule 1

Les équipes arrivées en 2010 ont toutes disparu

Arrivées chancelantes, départs inévitables

Recherche

Par Emmanuel Touzot

30 janvier 2017 - 18:47
Les équipes arrivées en 2010 ont (...)

La fin de l’équipe Manor a signé la fin d’une époque entière puisqu’avec elle disparaît la dernière des équipes engagées début 2010 pour garnir les rangs d’une Formule 1 qui venait de perdre successivement plusieurs constructeurs. L’appel d’offre était prévu pour recruter quatre équipes et ainsi revenir à la présence de 26 pilotes sur la grille de départ, soit le maximum d’inscrits désormais autorisé.

Les quatre candidats retenus étaient Lotus F1 Team, Manor Motorsport, Campos Meta et le nébuleux projet US F1. L’idée d’amener une équipe entièrement américaine avait séduit la FIA mais l’équipe ne verra jamais le jour. Pourtant sur les rails, le projet était à un stade avancé et les propriétaires, Ken Anderson et Peter Windsor, avaient même signé avec deux pilotes, Jose-Maria Lopez et James Rossiter, alors pilote d’essais pour Honda.

Toutefois, les difficultés financières rencontrées en début d’année 2010 poussèrent d’abord les propriétaires à demander une dérogation pour rater les quatre premières courses, avant de reconnaître qu’il serait très difficile pour elle de s’aligner sur les grilles. Finalement, il fut décider d’abandonner le projet malgré des tentatives d’association avec Stefanovic, fantasque propriétaire du projet Stefan Grand Prix.

Tout comme US F1, Campos Meta a connu des difficultés avant même d’envoyer son premier prototype en piste. Lors de l’hiver 2009-2010, bien que l’attention des médias était plutôt portée sur l’équipe américaine, Adrian Campos annonçait qu’il était inquiet à l’idée de ne pas pouvoir mener à bien son projet. Des inquiétudes relayées par Bernie Ecclestone, qui permettaient de trouver un nouvel investisseur en la personne de Jose Ramon Carabante, homme d’affaires espagnol, qui fit immédiatement le chèque pour payer Dallara, concepteur du châssis.

Le nom Campos disparut aussitôt et il renomma l’équipe Hispania Racing Team. Sans préparation, c’est à plus de dix secondes des meilleurs que la monoplace parcourait ses premiers tours. A Melbourne, Karun Chandhok terminait quatorzième et dernier, à cinq tours du vainqueur et à trois tours de la Lotus de Heikki Kovalainen !

Le ton de cette première saison était donné et l’équipe fit de nombreuses chaises musicales durant l’année 2010 pour tenter de réunir un budget raisonnable, d’autant qu’elle devrait développer son propre châssis en 2011 puisque le partenariat avec Dallara avait été rompu au printemps 2010.

HRT voulait utiliser la monoplace conçue par Toyota pour l’année 2010 avant le retrait du constructeur japonais et un accord avait été trouvé pour l’utilisation de ce châssis, avant qu’un défaut de paiement de la part de HRT n’annule l’accord en question.

Non qualifiées en Australie, les monoplaces de Liuzzi et Karthikeyan étaient très loin du rythme des rivales directes, Virgin Marussia et Caterham. L’équipe fut finalement racheté par Thesan Capital, un groupe espagnol, et HRT fit faire ses débuts en compétition à Daniel Ricciardo, placé pour la fin de saison 2011 par Red Bull.

En écho aux années précédentes, la HRT F112 rate ses crash-tests avant les deuxièmes essais privés de Barcelone, en février 2012, et c’est finalement à Melbourne que le premier roulage s’effectuera. Finalement, les deux HRT sont de nouveau non qualifiées à Melbourne pour avoir échoué en dehors des 107% du meilleur tour et ne sont pas autorisées à prendre le départ. La saison désastreuse, avec une quinzième place comme meilleur résultat, pousse ses propriétaires à faire fermer l’équipe fin 2012.

Le cas de Caterham a été à peine meilleur, l’équipe ayant survécu plus longtemps mais dans des conditions similaires. Fondée par un consortium du nom de 1Malaysia Racing Team, l’équipe dirigée par Tony Fernandes s’offre une entrée prestigieuse en F1 en 2010 en ramenant le nom de Lotus dans la discipline. Un nom qui attire un duo solide puisque l’équipe engage Jarno Trulli et Heikki Kovalainen, et c’est Mike Gascoyne qui en devient le directeur technique.

D’abord recalée pour venir en F1, l’équipe Lotus se voit accorder une place quand BMW décide de quitter la discipline. Lorsque Sauber s’en porte de nouveau acquéreur, il est convenu que Lotus aura quand même sa place. Après la belle histoire Brawn GP de l’année d’avant, les objectifs sont très élevés chez Lotus mais évidemment, avec le développement commencé tard, c’est la douche froide et la voiture n’est pas du tout compétitive. C’est d’ailleurs le manque de finesse aérodynamique qui marque sur cette T127. Grâce à la douzième place de Kovalainen au Japon, elle est classée devant HRT et Virgin.

En 2011, Tony Fernandes décide d’avoir les moyens de ses ambitions et signe un accord pour la fourniture d’un moteur Renault ainsi qu’un contrat avec Red Bull Technology pour la boîte de vitesses et le circuit hydraulique.

La saison voit une amélioration nette des performances, Team Lotus est largement devant ses rivales mais encore bien derrière le reste du peloton. Il y a désormais deux Lotus sur la piste après que Renault a été revendue et rebaptisée Lotus F1 Team, ce qui pousse Fernandes à racheter le nom de Caterham et d’engager son équipe sous la bannière du petit constructeur anglais pour 2012. Déménagement à Leafield, départ de Trulli et de Gascoyne, arrivée de Petrov, Caterham fait le ménage !

La voiture n’est pas beaucoup plus performante que sa devancière et Kovalainen parvient une seule fois à rentrer en Q1. Toutefois, grâce à la onzième place de Vitaly Petrov à Interlagos, l’équipe sauve encore la dixième place du classement constructeurs et les primes qui vont avec.

Pour la première fois, les deux pilotes sont remplacés en 2013 et ce sont Charles Pic et Giedo Van der Garde qui sont engagés. Ce dernier signe le meilleur résultat de l’équipe en qualifications à Spa Francorchamps avec une quatorzième place mais avec une quatorzième place pour meilleur résultat en course, l’équipe termine à la onzième place du championnat.

Les déboires financiers ne font que commencer avec l’augmentation des coûts liée à l’arrivée des moteurs V6 turbo hybrides, et la saison 2014 voit Caterham s’emparer d’un triste record, celui du plus grand nombre de départs sans marquer un seul point. La onzième place signée à Monaco n’est pas suffisante face aux deux points de Manor et l’équipe est mise sous administration judiciaire en octobre 2014 après avoir manqué deux courses en fin de saison.

Elle revient à Abu Dhabi grâce à une opération de financement participatif pour valider son inscription au championnat 2015, annonce avoir signé un contrat à court terme avec Rubens Barrichello et obtient l’autorisation de continuer à utiliser le châssis 2014.

Malheureusement, l’hiver se déroule sous silence et avec la mise aux enchères d’une partie du matériel de l’équipe, on apprend qu’elle a échoué à réunir un budget suffisant pour continuer son aventure.

A ce moment-là, Manor est seule survivante de cette ’classe 2010’ et tiendra encore deux courageuses saisons avant de subir le triste destin annoncé la semaine dernière.

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less