Formule 1

Jantes de Mercedes, accrochage Verstappen-Ocon : la FIA clôt les dossiers

Cap sur 2019 maintenant

Recherche

Par Valentin Vilnius

15 novembre 2018 - 18:07

L’affaire des jantes des Mercedes a agité le paddock pendant plusieurs semaines. La légalité du système technique de Mercedes a été questionnée, avant d’être au contraire validée par la FIA. Pour autant, à Austin, Mexico ou Interlagos, l’écurie allemande a décidé de se passer de ces jantes spéciales, alors même qu’elle connaissait des problèmes liés à la dégradation des pneus. Toto Wolff a toutefois assuré que les jantes n’avaient aucunement influencé l’usure pneumatique de ses monoplaces en course.

« Nous pensons que l’affaire est réglée » a déclaré aujourd’hui, catégorique, Charlie Whiting, le directeur de course de la FIA.

Mercedes avait demandé une clarification technique à la FIA avant Mexico, clarification qui n’avait apparemment qu’une valeur temporaire… mais qui a fait jurisprudence.

« Si Mercedes a pu porter l’affaire devant les commissaires à Mexico, c’était parce que c’était prévu par le code sportif. Ils ont demandé aux commissaires de régler une affaire. Et ils l’ont fait » explique Charlie Whiting.

« Nous avons seulement apporté une réponse technique. Nous resterons sur la même opinion pour des cas similaires. Dans le même temps j’imagine, une fois que cette saison se sera refermée, que nous tenterons de faire quelque chose à ce sujet » poursuit un Charlie Whiting assez évasif.

La FIA va-t-elle modifier le règlement technique pour clarifier pour de bon la situation autour des jantes ? Charlie Whiting semble laisser la porte ouverte. L’hiver portera sûrement conseil à la FIA. En attendant, pour le Grand Prix d’Abu Dhabi, Mercedes est libre de procéder comme elle le veut.

Une autre affaire en suspens a également été close selon Charlie Whiting : l’incident Esteban Ocon – Max Verstappen. Le Néerlandais a écopé de deux jours de travaux d’intérêt général pour avoir bousculé le Français après le Grand Prix du Brésil, suite à leur incident en course.

Selon Charlie Whiting, il ne sera pas nécessaire de convoquer une commission d’enquête supplémentaire, ou même de confronter à nouveau les deux pilotes.

« Nous l’avons déjà fait. Les commissaires ont clarifié la chose. Soyons réalistes. C’est arrivé à de nombreuses reprises par le passé : nous le savons tous. »

« Pour ce qui est de l’incident, il ne semblait pas aussi sérieux. Mais tout contact physique ne peut être cautionné. »

expand_less