Motorsport

Preview : Qui domptera le Twin Ring Motegi ?

On y attend beaucoup de dépassements

Recherche

Par Emmanuel Touzot

27 août 2016 - 18:04
Preview : Qui domptera le Twin Ring (...)

Entré au calendrier du WTCC en 2015, les virages serrés et les longues lignes droites du tracé de 4,801 kilomètres offrent de nombreuses opportunités de dépassements, comme en témoigne le champion 2012 Rob Huff. “Ce n’est pas simplement un circuit fantastique, c’est le meilleur endroit de l’année pour la course, explique le pilote Castrol Honda World Touring Car Team. C’est une piste faite pour la course avec beaucoup de dépassements.”

Après avoir remonté trois places au classement dans la première course au Twin Ring Motegi la saison dernière, Huff a grimpé de 10 places lors de la deuxième course pour terminer sur la troisième marche du podium. Le Britannique n’est pas le seul à avoir réussi de multiples dépassements. Le pilote d’usine Honda Tiago Monteiro a remonté huit places dans la Course d’Ouverture. Tom Coronel et Stefano D’Aste ont fait la même progression lors de la deuxième course. Tom Chilton et John Filippi ont aussi repris des places dans cette course, le premier six fois, le deuxième cinq fois.

José María López, qui vise sa troisième couronne consécutive de Champion du Monde FIA des Voitures de Tourisme avec Citroën Total WTCC, n’est pas en reste puisqu’il a progressé de la 18ème à la 5ème place dans la Course d’Ouverture en Argentine lors du dernier week-end de course. S’il quitte le Twin Ring Motegi, où il s’est imposé en 2015, avec 110 points d’avance, alors il sera champion provisoire pour 2016.

Le quadruple champion Yvan Muller, qui complète le duo de pilote Citroën, était également très offensif en Argentine, puisqu’il avait débuté la première course en septième position et l’a terminé à la troisième place. N’ayant pas encore remporté de course en 2016, le Français veut attaquer et dépasser un maximum d’adversaires. Pour rendre son travail plus facile il faudra faire la pole position mais il devra surveiller Norbert Michelisz, auteur d’une incroyable performance en qualifications l’année dernière.

Honda embarquera pour ce week-end autant de lests de compensation que Citroën, à savoir 80 kilos, mais la flotte des Civic officielles sera augmentée à quatre voitures puisque Ryo Michigami fera ses débuts en WTCC au volant d’une quatrième entité du JAS Motorsport. Un temps pressentie pour aligner trois Volvo S60, l’équipe Polestar Cyan n’en alignera que deux mais confiera la seconde à Nestor Girolami, qui avait fait forte impression en 2015 lors d’une pige pour Lada. Robert Dahlgren manquera le déplacement au Japon pour essayer d’aller chercher le titre en STCC.

Néstor Girolami (Polestar Cyan Racing) : “C’est super de faire à nouveau parti du WTCC et je suis très reconnaissant en vers Polestar Cyan Racing pour cette opportunité. Je vais donner le meilleur de moi-même pour réaliser un grand week-end au Japon. J’ai participé au week-end de course en Argentine avec l’équipe et j’ai beaucoup appris sur la voiture avant de l’utiliser. Je me suis senti très à l’aise pendant les essais, l’équipe a travaillé dur pour améliorer les performances et développer la voiture. Elle a un très bon potentiel. Les essais se sont très, très bien passés et ça aura été une bonne opportunité pour montrer ce dont je suis capable. J’ai fait 30 tours et les conclusions sont très bonnes. Mon objectif au Japon sera de franchir une étape supplémentaire, de montrer que j’ai le rythme et toutes les qualités nécessaires pour intégrer l’équipe à l’avenir.”

Ryo Michigami (Honda Racing Team JAS) : “J’ai eu la chance d’essayer la Civic WTCC à Barcelone et j’espérais avoir l’opportunité de la piloter en course donc je suis impatient de pouvoir bientôt le faire. J’étais impliqué dans le développement de la Civic Type R qui est sortie l’année dernière et j’ai également observé la Civic WTCC de près. Je vais tout donner au Motegi et vais mettre toute mon expérience à profit. Honda et JAS Motorsport me donnent une superbe opportunité, la voiture était fiable et rapide en Espagne et je serais bien préparé pour les courses au Japon.”

Yvan Muller (Citroën Total WTCC) : “La bataille pour la deuxième place du championnat pourrait être intéressante mais ça m’est égal, je suis seulement intéressé par la première position. Mon objectif sera d’inscrire un maximum de points pour Citroën pour le classement des constructeurs. J’ai le sentiment que nous sommes meilleurs à chaque course mais je vais devoir être parfait dans les trois secteurs pour obtenir la pole position. Motegi n’est pas une piste très rapide, il y a beaucoup de virages et de véritables opportunités de dépassements. La traction est importante et la piste est dure pour les pneus. Nous pouvons nous attendre à de la pluie donc ce ne sera pas facile mais c’est toujours bon de se rendre au Japon car les fans sont de vrais passionnés. Je m’y rendrai un peu plus tôt cette année pour avoir le temps de faire quelques visites avec ma famille.”

Hugo Valente (LADA Sport Rosneft) : “J’adore le Japon et j’étais très content de monter sur le podium l’année dernière car la saison d’avant j’étais deuxième mais j’avais perdu ma place à deux tours de l’arrivée. Paradoxalement, j’ai réalisé mon meilleur résultat de la saison au Japon l’année dernière mais c’était mon pire week-end en termes de performances. L’Argentine était un week-end frustrant pour moi avec deux abandons. Etre la plus rapide des LADA en qualifications n’était qu’une petite consolation donc j’espère faire mieux au Japon. Je suis certain que je peux encore progresser par rapport à l’Argentine.”

Tom Coronel (ROAL Motorsport, Trophée WTCC) : “J’ai vécu cinq ans au Japon donc c’est comme si je rentrais à la maison. J’ai été champion de Formule 3 en remportant le titre au Twin Ring Motegi. J’ai été champion de Formule Nippon, j’ai remporté deux fois la course All Star en GT et je suis le seul pilote Honda à m’être imposé à Motegi en 2003. C’est le meilleur circuit de l’année pour les dépassements et je sais que nous allons produire du spectacle. J’avais dit que le Maroc, le Portugal et le Japon seraient de bons week-ends pour moi et pour le moment je suis content des résultats au Maroc et au Portugal. Je me sens toujours plus fort quand je viens au Japon.”

Un tour du circuit avec Rob Huff

Rob Huff a offert une véritable leçon de dépassements au Twin Ring Motegi la saison dernière en Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme. Le pilote d’usine Honda nous guide sur la piste de 4,801 kilomètres.

“Nous franchissons la ligne de départ sur le quatrième rapport et passons le cinquième juste avant le virage 1 qui, avec le virage 2, n’est considéré comme un seul virage. Il faut embarquer un maximum de vitesse dans le premier virage et essayer de ré accélérer à la sortie du deuxième virage car si on appuie sur la pédale trop tôt la voiture a tendance à sous-viré.

Le passage entre le virage 2 et 3 est très important donc il faut avoir assez de vitesse dans le premier virage pour se concentrer sur la sortie du virage 2. L’arrivée au virage 3 offre une belle opportunité de dépassement, surtout si vous mettez la pression sur quelqu’un dans les virages 1 et 2. Il faut beaucoup ralentir avant le virage 3 et l’on rétrograde jusqu’en deuxième vitesse.

Le virage 3 conditionne vraiment le virage 4 et l’arrivée au virage 5. Nous avons vu beaucoup de dépassements dans le virage 3 l’année dernière mais aussi à la sortie du virage 4 avant le 5, l’un des virages les plus difficiles car il est très plat et glissant, sur le deuxième rapport et avec beaucoup de sous-virage.

Beaucoup de pilotes font une feinte avant le 5 pour forcer l’adversaire à défendre et prendre une meilleure sortie de virage pour dépasser avant les virages 6 et 7. La reprise des gaz à la sortie du virage 5 est assez complexe car le virage 6 se prend à fond et si vous ne sortez pas bien vous offrez une possibilité de dépassement aux virages 7 et 8.

Le virage 7 doit servir à préparer le virage 8. Il faut avoir un maximum de vitesse dans le 7, appuyer sur l’accélérateur le plus tard possible car si on accélère trop tôt, on provoque du sous-virage et ça nous met en difficulté à la sortie du virage 8 et ouvre la porte à une attaque au virage 9.

Le virage 9 est très lent. On se croirait dans une épingle à 180 degrés lorsqu’on la prend. A partir de là, les trois ou quatre virages suivants sont assez lents donc il faut encore se concentrer sur la sortie car les virages 10 et 11 offrent de belles opportunités pour dépasser. Du virage 9 à 11 on reste en deuxième vitesse pour contrôler la traction et si quelqu’un défend ou fait une petite erreur dans ces virages alors ça offre une très bonne possibilité de dépassement.

Le virage 11 est unique à cause de son freinage dans une pente très raide. Plus la course avancera plus vous verrez des blocages et des erreurs. Même si c’est l’un des endroits où les pilotes font le plus d’erreurs, il est très difficile de dépasser entre les virages 11 et 14 car ils s’enchainent et passe de gauche à droite. Il est très difficile de se mettre dans une position qui permet de trouver une faille.

La sortie du virage 11 est en pente et beaucoup de pilotes se font retirés des temps parce qu’ils sortent des limites de la piste à l’entrée du 12 parce qu’ils veulent prendre plus de vitesse et moins d’angle pour les virages 12 et 13.

Les virages 13 et 14 sont probablement les freinages les plus difficiles de toutes la saison car on est encore dans un virage serré depuis le 12. La voiture est mal équilibrée et nous avons vu beaucoup de monde glisser dans les virages 13 et 14 mais il y a une petite astuce que peu de pilotes ont compris l’année dernière. Ce passage est déterminant pour la ligne droite d’arrivée et offre une potentiellement une possibilité de dépassement au virage 1 mais je garde ce secret là pour moi.”

WTCR

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less