Motorsport

Interview exclusive de Jordan King

Une saison pour apprendre

Recherche

Par Camille Komaël

24 mai 2015 - 13:34
Interview exclusive de Jordan (...)

Jordan King est le champion de F3 Britannique de 2013 et a aussi couru en F3 Européenne les deux dernières saisons (finissant 6è et 7è), mais il a surtout surpris cet hiver en signant d’excellents chronos lors des essais hivernaux de GP2. Conquise, l’équipe Racing Engineering l’a choisi pour épauler Alexander Rossi. Après un très bon début de saison à Bahreïn, le week-end de Barcelone a été plus difficile. Il a de nouveau marqué des points vendredi à Monaco, alors qu’il n’avait jamais couru sur ce tracé, avant de décoller sur la DAMS de Pierre Gasly samedi en course sprint, à la sortie du tunnel. Le jeune britannique de 21 ans est également pilote de développement de Manor. A l’heure du déjeuner samedi, Jordan King a accepté de répondre à quelques unes de nos questions.

Félicitations pour tes points à Monaco alors que tu n’y avais jamais couru !

Ca aurait pu être mieux ! C’était une bonne course, mais j’étais cinquième avant la voiture de sécurité virtuelle, et j’ai perdu cette place au jeu des arrêts aux stands. C’était dommage.

Justement, que penses-tu de cette voiture de sécurité virtuelle qui a été mise en place cette saison ?

J’en suis pas très fan. Je pense que si on met un régime de Safety Car, alors on doit utiliser la voiture de sécurité. Je trouve que c’était très bien avant.

Tu réalises un bon début de saison pour un débutant. Tu as aussi été impressionnant lors des essais hivernaux. Est-ce que tu t’attendais à être aussi rapide tout de suite ?

J’aimerais me dire que j’ai été aussi rapide si vite ! Mais non, j’ai bien travaillé cet hiver, on a fait un bon travail avec l’équipe. J’ai pu finir quatrième à Bahreïn dès ma première course.

Est-ce que tu penses que ça t’a aidé, à Bahreïn, d’avoir pu tourner sur ce circuit avant le week-end de course ?

Oui, clairement ! Barcelone, j’ai trouvé ça difficile. Tout est nouveau ce n’est pas simple.

A l’inverse de beaucoup de pilotes en GP2, tu n’as ni couru en Formule Renault 3.5, ni en GP3. N’est-ce pas trop dur face à eux, qui ont plus d’expérience ?

Oui, je suis un vrai débutant. Je n’ai pas fait de GP3, je n’ai pas conduit de grosses voitures comme les FR3.5, donc il y a beaucoup de choses à apprendre. Mais l’équipe a beaucoup d’expérience et m’a bien aidé cet hiver.

Est-ce que ton coéquipier Alexander Rossi t’aide avec son expérience ?

Oui, il me suffit de l’écouter. Il aide beaucoup, car il sait ce qu’il faut faire. Il a déjà trois ans de GP2 derrière lui, donc il a clairement bien plus d’expérience que moi.

Quel est ton objectif pour cette première année en GP2 ?

J’aimerais finir dans le top 5, ce serait bien. Si je peux gagner quelques courses aussi, alors ce serait parfait.

Tu es aussi le pilote de développement de Mano, quel est ton travail dans l’équipe ?

Pour le moment, ils sont concentrés sur ce qu’ils doivent faire et améliorer. J’espère pouvoir essayer la voiture cette année, à un moment. Si ça n’arrive pas, alors j’espère l’année prochaine. Je parle avec eux, avec les ingénieurs, l’équipe. C’est bien d’être associé à eux.

F2

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less