Motorsport

ALMS Mid-Ohio : les réactions en GT

Quelle course folle !

Recherche

Par

10 août 2011 - 10:19
ALMS Mid-Ohio : les réactions en (...)

Voici quelques réactions en GT après la manche de Mid-Ohio :

Bryan Sellers (Porsche 997 RSR Falken Tire n°17, 1er en GT) : « En début de semaine, nous avions qu’il y avait une bonne chance pour qu’il pleuve samedi. Nous savions qu’avec Falken nous avions d’excellents pneus pluie qui nous donneraient une chance de l’emporter si la course se déroulait sur le mouillé. Nous avons littéralement prié toute la semaine pour qu’il pleuve dans l’espoir de pouvoir nous voir sur le podium. Je n’avais aucune idée de la façon dont ça se terminerait mais je savais que nous avions un espoir quand il a commencé à pleuvoir. Cela a été la victoire d’une équipe, chacun y a pris une part tellement énorme.

Nous étions dans un des virages les plus lents du circuit et David Murry m’a heurté à une telle vitesse que je dois me demander s’il a freiné. Le choc aurait pu très facilement signifier la fin de notre course alors qu’elle venait de commencer. Nous avons perdu trois places et elles ont été très difficiles à reprendre. La Jaguar est si rapide en ligne droite que sur un circuit comme Mid-Ohio, cela rend le dépassement presque impossible. Dès que je me suis débarrassé de la Jaguar, j’ai aperçu les leaders et je savais que je devais attaquer aussi fort que possible pour rester dans le tour du leader. Nous devions être dans le même tour pour que Wolf ait une chance s’il pleuvait pendant son relais. J’ai simplement essayé de faire autant de tours qualifs que je pouvais. Heureusement la Porsche Falken Tire était très bien avec des pneus usagés et nous avons pu réduire un peu l’écart sur les leaders et profiter d’un yellow très opportun avant que ne passe le relais à Wolf. Wolf a fait un super boulot. Je savais que nous avions d’excellents pneus pluie et Wolf est très fort sous la pluie. Tout a bien marché. Félicitations à tout le monde chez Falken Tire pour cette première victoire ALMS. »

Wolf Henzler (Porsche 997 RSR Falken Tire n°17, 1er en GT) : « Quand il a commencé à pleuvoir, j’avais encore une bonne adhérence avec les slicks, et je ne voulais pas perdre de places. Le team m’a rappelé pour changer les pneus, et comme je ne voulais pas perdre de position, je n’étais pas d’accord avec leur décision. Finalement, ils m’ont dit de rentrer et nous avons changé pour des pneus pluie. Alors la trajectoire a commencé à sécher et j’étais vraiment perturbé et j’ai demandé à repasser en slicks, mais personne n’a répondu à mon appel. Ensuite, il a plu vraiment fort et, bien sûr, le team a eu raison. Dans le dernier tour, tous ceux qui partaient en tête-à-queue étaient à l’intérieur, mais j’ai trouvé de l’adhérence sur l’extérieur et je les ai tous doublés. Falken avait fait des essais sous la pluie à Mid-Ohio, mais c’est Bryan qui avait fait tous ces essais. Néanmoins nous avions confiance dans les pneus pluie, et ils nous ont aidés à gagner. »

Jan Magnussen (Corvette C6 ZR1 Corvette Racing n°4, 2ème en GT) : « J’étais à l’extérieur pour prendre le Turn 1 et j’étais sur une bonne trajectoire. Tout le monde devant moi tentait de conserver sa trajectoire, aussi j’ai pris l’extérieur et je suis ressorti en seconde position. Je me rendais compte que les pneus des BMW n’étaient pas complètement montés en température au contraire des nôtres. Lors d’une des séances d’essais libres, je roulais avec une BMW et je l’ai passée au freinage au bout de la ligne droite, aussi je savais qu’il serait vulnérable. Elle a freiné tôt et je suis passé. »

Oliver Gavin (Corvette C6 ZR1 Corvette Racing n°4, 2ème en GT) : « Ces quatre ou cinq derniers tours ont été totalement démentiels. Je conduisais dans la ligne droite avec le volant totalement tourné en sens inverse, avec la voiture qui glissait et qui faisait de l’aquaplaning. Ma voiture s’est redressée et Patrick Long est parti en tête-à-queue dans le bac à gravier. Quand Wolf Henzler est venu à ma hauteur, il avait certainement un bon set-up pluie. J’ai été soulagé lorsqu’ils ont sorti le drapeau rouge car c’était vraiment difficile. Avant l’arrivée de la pluie, c’était super d’être en tête. Les mécaniciens m’ont permis de passer devant après un excellent pitstop. Je prenais lentement de l’avance sur Patrick, puis il y a eu une neutralisation et on a ramassé plein de saleté sur les pneus. Patrick me mettait la pression, mais finalement mes pneus étaient propres et j’ai commencé à prendre de l’avance. Ensuite la pluie est arrivée, et tout a changé. »

Bill Auberlen (BMW M3 GT BMW Team RLL n°55, 3ème en GT) : "Ce sont les pires conditions dans lesquelles j’ai jamais couru sous la pluie. Il ya avait des centimètres d’eau sur la piste. On passait de troisième en quatrième, de quatrième en cinquième et de cinquième en sixième et à tout moment on pouvait partir en aquaplaning, mettre la voiture en travers et sortir de la piste à 240 kmh. C’était assez traumatisant. Il pleuvait si fort qu’à chaque fois qu’on prenait un virage, c’était différent par rapport au tour précédent, et même pire. Le circuit a toujours été difficile pour nous. On n’en maîtrise pas les secrets. Sur tous les autres circuits, on est vraiment bien. Cependant BMW North America, Rahal Letterman Lanigan et Dunlop ont été réactifs et inspirés. Ils nous ont permis d’être un et deux en qualifications. Quand nous avons lutté en course, ils nous ont beaucoup aidés avec des arrêts superbes et nous ont permis de finir troisièmes, sur le podium. Leur attitude positive ne faiblit jamais. Après chaque séance, nous pilotes, nous écrivons un compte-rendu. Ils examinent tous les mots, les déchiffrent et ensuite ils peaufinent le moindre petit détail dans la voiture, ils tournent chaque boulon dans le bon sens, et la voiture est de mieux en mieux. »

Scott Sharp (Ferrari 458 Italia Extreme Speed Motorsports n°01, 5ème en GT) : "Bon, nous avons deux voitures dont la carrosserie et les suspensions n’ont pas subi de dommages -donc du point de vue du budget c’est une bonne chose ! Cependant nous avions vraiment une bonne voiture aujourd’hui. Les mécaniciens d’ESM ont essayé beaucoup de choses pour les qualifications et pour la course et fait quelques réglages pour nous mettre plus haut sur la grille. Je pense que notre voiture valait mieux que la cinquième place. Quand les vannes célestes se sont ouvertes, honnêtement j’étais content de rester sur la piste. Ce n’est évidemment pas comme cela que nous voulions terminer notre journée aujourd’hui. Néanmoins il y a quelques côtés positifs - nous avons marqué des points et nous allons tirer des leçons de cette course pour être prêts à Road America. Je suis seulement très déçu pour la Ferrari n°02, ses mécanos et les difficultés qu’ils ont eues aujourd’hui. »

Andrew « H » Smith, Team Manager (Ford GT Robertson Racing n°4 , 7ème en GT) : "Quelle course folle ! Il s’est passé tellement de choses ici que nous sommes tous soulagés de voir nos deux voitures intactes. Le team a été évidemment frustré par la pénalité de la Ford n°04. Nous avons fait une bonne course après avoir cherché une bonne balance en essais libres et en qualifications et nous aurions pu gagner deux places. Des conditions aussi sévères que celles-ci provoquent souvent des résultats imprévisibles, aussi nous avons peut-être raté une opportunité ici . Dans le coin opposé du stand, nous avons été impressionnés par Mélanie Snow qui a montré de quoi elle était capable sur le sec et qui a gardé la tête froide sous la pluie. Elle a eu son baptême du feu ce week-end, c’est certain. »

Endurance

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less