Verstappen sur Pérez : ‘Je n’ai jamais été un mauvais coéquipier’

La hache de guerre vraiment enterrée ?

Recherche

Par Alexandre C.

28 décembre 2022 - 09:37
Verstappen sur Pérez : ‘Je n'ai (...)

Sans nul doute, Max Verstappen fut le pilote dominateur de cette saison 2022 de F1, et mérite pleinement son titre mondial.

Réfléchissant, pour le New York Times, à la physionomie de cette année, le Néerlandais en retire une satisfaction bien justifiée – mais comme il le rappelle, le début d’année fut pourtant loin d’être évident pour Milton Keynes, avec notamment un double abandon à Bahreïn.

« Cette saison a été tout simplement géniale. Nous avons eu un début difficile, mais après cela, nous avons fait très peu d’erreurs, et même si vous ne pouvez pas être parfaits, nous nous efforcerons toujours d’y parvenir. »

« À la fin, il s’agit de savoir qui conçoit la meilleure voiture, qui vient avec les idées les plus intelligentes. »

« Au début de la saison, c’était un grand point d’interrogation pour tout le monde, où vous alliez être. OK, vous avez vos propres chiffres, mais vous ne savez pas ce que les autres ont pu trouver. Dès le début, notre voiture était simplement meilleure que celle de la concurrence. »

La relation de Max Verstappen avec Red Bull a-t-elle aussi grandement progressé ? On a vu parfois le Néerlandais s’exprimer franchement à la radio pour tancer son équipe stratégique...

« Moi, personnellement, j’essaie d’être un perfectionniste, et je sais que c’est très difficile, mais je l’exige de moi-même et je l’exige de l’équipe, et l’équipe l’exige de moi... »

« Nous avons toujours une conversation très honnête à ce sujet. Parfois, vous n’êtes pas d’accord sur certaines choses, et c’est bien ainsi. C’est comme ça que ça marche dans la vie, mais il est toujours très important d’être honnête les uns avec les autres, et de dire vraiment quand quelque chose n’est pas correct ou ne va pas. »

Un premier titre plus ‘émotionnel’

Comment Max Verstappen peut-il comparer ses deux titres mondiaux ? Lequel gardera le plus de saveur pour lui ?

« Le premier titre était honnêtement le plus émotionnel [mais le deuxième] était certainement le plus satisfaisant. C’est juste à cause de ce que nous avons fait cette année en termes de nombre de victoires, mais aussi parce que nous avons travaillé durement avec l’équipe pendant toute la saison. »

« L’année dernière, nous avons perdu beaucoup de points dans les batailles. Cette année, nous avons eu un peu plus de chance, et en général, nous avons été plus compétitifs. »

Quelle relation avec Sergio Pérez l’an prochain ?

Ce qui pourrait perturber cependant la bonne marche de Red Bull, ce sont les tensions (qui ont éclaté au grand jour au Brésil) entre les deux pilotes.

Sergio Pérez en est pourtant conscient : comme il l’explique lui-même, sa responsabilité est d’éviter toute guérilla civile (également pour sa propre sécurité contractuelle !).

« Max et moi-même avons maintenant la très forte responsabilité de garantir l’unité de l’équipe. »

Mais l’incident d’Interlagos ne va-t-il pas laisser des traces ? Max Verstappen le promet de son côté : tout serait réglé entre lui et son coéquipier, et tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes...

« Vous avez toujours besoin de deux voitures pour être performant, et cette année nous l’avons fait. Nous avons tout mis sur la table et tout a été réglé. Je n’ai jamais été un mauvais coéquipier pour personne, j’ai toujours été très utile, et l’équipe le sait. Je mets toujours l’équipe en avant et en premier parce qu’au bout du compte, c’est un travail d’équipe. »

Celui qui devra jouer le rôle de policier, Christian Horner, le directeur d’écurie, reste confiant dans la capacité de ses pilotes à rester unis. Sa prédiction est d’ailleurs aussi une forme de mise en garde !

« Ils travaillent en équipe et continueront à le faire. Nous devons travailler en équipe pour battre nos adversaires l’année prochaine. Max et Sergio ont été notre paire de pilotes le plus performant que nous ayons jamais eu. »

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos